Archives départementales de la Vendée avec le concours de la Société d'émulation de la Vendée Dictionnaire historique des communes

Espace contributeur

Identifiez vous - Pour en savoir plus

Commune de Sables-d'Olonne, Les

imprimer la notice complète

Données identitaires

Noms

Nom des habitants
Sablais

Géographie

Communes absorbées
  • Chaume, La (1754 - 1754)

    Sous l'Ancien Régime, la ville des Sables-d'Olonne se compose de deux paroisses : Notre-Dame (qui devient la commune) et Saint-Nicolas de la Chaume. L'arrêt royal du 7 août 1754 rattache du point de vue administratif le bourg de la Chaume à la ville des Sables-d'Olonne [Signalé par M. Michel Brossard le 17-02-2013 d'après : Histoire des Sables d'Olonne, Les Origines, OLONA, 1975, p. 98, Arch. dép. Vendée, BIB 6158/1]

Commune absorbante
  • Sables d'Olonne, Les [commune nouvelle] (2019)
    Pour en savoir plus :

    La commune nouvelle des Sables d'Olonne est créée le 1er janvier 2019 par absorption des communes de Château d'Olonne, Olonne-sur-Mer et les Sables d'Olonne.

    Le chef lieu des Sables-d'Olonne [nouvelle commune] est situé aux Sables-d'Olonne.

    La population des Sables-d'Olonne [nouvelle commune] est de 45445 habitants (1er janvier 2020).

Paysages
  • Bas bocage
    La commune est composée d'environnements différents : le bocage et le littoral
Cours d'eau
  • Auzance
    Pour en savoir plus :

    L’Auzance est un petit fleuve côtier parcourant une quarantaine de kilomètres avant de se jeter dans l’océan Atlantique entre les communes d’Olonne-sur-Mer et de Bretignolles-sur-Mer. Sa source se situe dans la commune de Sainte-Flaive-des-Loups au lieu-dit de Bellevue (alt. : 78 m). La rivière constitue, sur une partie de son cours, la limite entre Saint-Julien-des-Landes et La-Mothe-Achard. Ses principaux affluents sont la Ciboule et la Vertonne en rive gauche.

    Jusqu’à la fin du XVe siècle, le fleuve est impropre à la navigation, exception faite de son embouchure appelée Havre de la Gachère (à partir du lieu-dit la Chaboissière à Brem-sur-Mer). Les navires venaient décharger leurs marchandises au port maritime de la Gachère (commune de Brem-sur-Mer). L’ensablement progressif de l’estuaire a eu raison du port. Hormis quelques exploitations salicoles et ostréicoles, l’Auzance n’a pas attiré d’activités humaines particulières : aucun moulin à eau n’est répertorié au début du XVIIIe siècle et un seul est en activité à la fin du XIXe siècle.

    Le préfet de la Vendée a annoncé en juin 2011 l'abandon d'un projet de barrage, destiné à alimenter en eau potable les communes du littoral vendéen, à l'étude depuis le début des années 1990. Cet équipement était envisagé à la limite des communes de Vairé et de Saint-Mathurin.

    Note : L'abandon du projet de barrage a été signalé par M. Grossin le 19/03/2012

Cours d’eau secondaires :

Histoire

Première mention historique

1040

"De Calma" (Arch. Dép. de la Vendée, H 142), d'après : DELHOMMEAU, Louis. Églises de Vendée : vocables, titulaires et liste des documents relatifs à leur construction et à leurs travaux du XIe siècle à nos jours. 2000-2001. 2 vol. (224-232 p.) [Arch. dép. Vendée, BIB MEM 615/1-2]

Géographie historique

Culte

Diocèse
  • Diocèse de Poitiers(1007 - 1317)
    D'après : AILLERY, E. Pouillé de l'évêché de Luçon. Fontenay-le-Comte : Impr. Robuchon, 1860. XXXVI-211 p. [Arch. dép. Vendée, BIB 1569]
  • Diocèse de Luçon(1317 - 1801)
    D'après : AILLERY, E. Pouillé de l'évêché de Luçon. Fontenay-le-Comte : Impr. Robuchon, 1860. XXXVI-211 p. [Arch. dép. Vendée, BIB 1569]
  • Diocèse de La Rochelle et Saintes(1801 - 1821)
    D'après : AILLERY, E. Pouillé de l'évêché de Luçon. Fontenay-le-Comte : Impr. Robuchon, 1860. XXXVI-211 p. [Arch. dép. Vendée, BIB 1569]
  • Diocèse de Luçon(1821 - 9999)
    D'après : AILLERY, E. Pouillé de l'évêché de Luçon. Fontenay-le-Comte : Impr. Robuchon, 1860. XXXVI-211 p. [Arch. dép. Vendée, BIB 1569]
Archiprêtré ou doyenné
  • Doyenné de Talmont(1201 - 1801)
    D'après : AILLERY, E. Pouillé de l'évêché de Luçon. Fontenay-le-Comte : Impr. Robuchon, 1860. XXXVI-211 p. [Arch. dép. Vendée, BIB 1569]

    doyenné

  • Doyenné des Sables-d'Olonne(1817 - 9999)

    D'après : Annuaire - Diocèse de Luçon. Luçon : Évêché de Luçon, 1927-2006. [Arch. dép. Vendée, BIB PA 1]

    doyenné

Paroisses
  • Saint-Nicolas(1040)
    Paroisse de La Chaume. D'après : DELHOMMEAU, Louis. Églises de Vendée : vocables, titulaires et liste des documents relatifs à leur construction et à leurs travaux du XIe siècle à nos jours. 2000-2001. 2 vol. (224-232 p.) [Arch. dép. Vendée, BIB MEM 615/1-2]
    Pour en savoir plus :

    Evêque de Myre (IVe siècle)

  • Notre-Dame-de-l'Assomption(1622)
    Erection de la paroisse en 1622. Jusqu'à cette époque la localité dépendait d'Olonne. D'après : DELHOMMEAU, Louis. Églises de Vendée : vocables, titulaires et liste des documents relatifs à leur construction et à leurs travaux du XIe siècle à nos jours. 2000-2001. 2 vol. (224-232 p.) [Arch. dép. Vendée, BIB MEM 615/1-2]
    Pour en savoir plus :

    Assomption de la Bienheureuse Vierge Marie

  • Saint-Michel(1908)
    Erection de la paroisse en 1908. D'après : DELHOMMEAU, Louis. Églises de Vendée : vocables, titulaires et liste des documents relatifs à leur construction et à leurs travaux du XIe siècle à nos jours. 2000-2001. 2 vol. (224-232 p.) [Arch. dép. Vendée, BIB MEM 615/1-2]
    Pour en savoir plus :

    Archange

  • Saint-Pierre et Saint-Paul(1920)
    Erection de la paroisse en 1920. D'après : DELHOMMEAU, Louis. Églises de Vendée : vocables, titulaires et liste des documents relatifs à leur construction et à leurs travaux du XIe siècle à nos jours. 2000-2001. 2 vol. (224-232 p.) [Arch. dép. Vendée, BIB MEM 615/1-2]
    Pour en savoir plus :

    Apôtres

Ressorts féodaux et judiciaires

Bailliage
  • Sénéchaussée secondaire de Fontenay-le-Comte(1544 - 1789)
    D'après : BARBAUD, Gabriel. Inventaire sommaire des Archives départementales antérieures à 1790 : Vendée : archives civiles, séries A, B, C. La Roche-sur-Yon : Servant-Mahaud, 1898. P. XXIV-XXVII

Ressorts militaires

Gouvernement
  • Gouvernement du Poitou(1560 - 1791)
    D'après : Gouvernement général et militaire du Poitou dressé sur les dernières observations [carte]. Paris : Longchamps, 1767 [Arch. dép. Vendée, 6 Fi 14]
Garde-côtes
  • Capitainerie des Sables-d'Olonne(1721 - 1748)
    D'après : BOSSIS, Philippe. Milice et miliciens garde-côtes du Poitou au temps de la Guerre de Sept ans (1756-1763). In : Olona. (15 mars 2004) n°187, p. 2-20
  • Capitainerie des Sables-d'Olonne(1758 - 1790)
    D'après : BOSSIS, Philippe. Milice et miliciens garde-côtes du Poitou au temps de la Guerre de Sept ans (1756-1763). In : Olona. (15 mars 2004) n°187, p. 2-20
Bureau de recrutement militaire
  • Bureau de La Roche-sur-Yon(1867 - 1929)
    D'après : Arch. dép. Vendée, 1 R - Recrutement de l'armée (an IX-1942)

Ressorts administratifs et fiscaux

Intendance et subdélégation
  • Généralité de Poitiers. Subdélégation des Sables-d'Olonne(1780 - 1786)
    D'après : BARBAUD, Gabriel. Inventaire sommaire des Archives départementales antérieures à 1790 : Vendée : archives civiles, séries A, B, C. La Roche-sur-Yon : Servant-Mahaud, 1898. P. XXVIII-XXXI ; dates à préciser données d'après ARBELLOT, Guy, GOUBERT, Jean-Pierre, MALLET, Jacques, PALAZOT, Yvette. Carte des généralités, subdélégations et élections en France à la veille de la Révolution de 1789 : circonscriptions administratives à la fin de l'Ancien Régime. Paris : Éd. du CNRS, 1986. 98 p. [Arch. dép. vendée, BIB ATLAS 18]
Election
  • Election des Sables-d'Olonne(1780 - 1786)
    D'après : BARBAUD, Gabriel. Inventaire sommaire des Archives départementales antérieures à 1790 : Vendée : archives civiles, séries A, B, C. La Roche-sur-Yon : Servant-Mahaud, 1898. P. XXVIII-XXXI ; dates à préciser données d'après ARBELLOT, Guy, GOUBERT, Jean-Pierre, MALLET, Jacques, PALAZOT, Yvette. Carte des généralités, subdélégations et élections en France à la veille de la Révolution de 1789 : circonscriptions administratives à la fin de l'Ancien Régime. Paris : Éd. du CNRS, 1986. 98 p. [Arch. dép. vendée, BIB ATLAS 18]
District révolutionnaire
  • District des Sables-d'Olonne(1790 - 1795)
    D'après : BARBAUD, G., LANCO, P., FAUCHEUX, M. Répertoire numérique de la série L, administrations et tribunaux de l'époque révolutionnaire : 1789-an VIII. La Roche-sur-Yon : Préfecture de la Vendée, 1966. P. 5-20
Arrondissement
Canton
  • Canton des Sables-d'Olonne(1790 - 1801)
    D'après : BARBAUD, G., LANCO, P., FAUCHEUX, M. Répertoire numérique de la série L, administrations et tribunaux de l'époque révolutionnaire : 1789-an VIII. La Roche-sur-Yon : Préfecture de la Vendée, 1966. P. 5-20
  • Canton des Sables-d'Olonne(1801 - 9999)

Ressorts divers

Bureau de l'Enregistrement
  • Bureau des Sables-d'Olonne(1693)

    La période est donnée à titre indicatif (durant l'ancien régime et la période révolutionnaire, certains bureaux ont pu fermer temporairement, obligeant les notaires à se tourner vers les bureaux voisins, voire à négliger la formalité de contrôle et d'enregistrement.)

     

Institutions locales

Organisation civile municipale

Hôpitaux
  • Hôpital-hospice des Sables-d'Olonne (1647 - 9999)
    D'après : Arch. dép. vendée, 1 X - Administration hospitalière (an II-1956)

Institutions religieuses

Communautés monastiques
  • Sainte-Croix
    Ordre de Saint-Benoît (bénédictins) (1631 - 1797)

    Prieuré de femmes dépendant de Sainte-Croix de Poitiers (Vienne). Les dates extrêmes proposées sont tirées des recherches et analyses de documents effectuées par l'abbé Louis Delhommeau (Arch. dép. Vendée, Fichier historique du diocèse de Luçon, 1 Num 47/152)

    "Ce couvent de Bénédictines fut fondé, en 1632, par Charlotte Flandrine, fille de Guillaume de Nassau, prince d'Orange, pendant qu'elle était abbesse de Sainte-Croix de Poitiers" (cf. 1 Num 47/152, vues 1 à 3). Dans le Pouillé de Luçon, ce prieuré apparait pour la première fois dans les "Collationes episcopi de Colbert" (1665 et 1668) : "Collatio abbatissae in monasterio Sanctae Crucis des Sables". Le Pouillé de Dom Fonteneau (XVIIIe s.) le cite à nouveau : "Religieuses de Saint-Benoît, dépendant de celles de Sainte-Croix de Poitiers" [1].

    Le musée actuel de la ville (Musée de l'Abbaye Sainte-Croix) occupe l'ancien couvent des Bénédictines, aux confins Est de la ville, et correspondant au toponyme "Séminaire" figurant sur le cadastre napoléonien de 1830 (le couvent servit de séminaire diocésain pendant un certain temps, probablement à partir de la Restauration [2]). Le lieu était appelé "les Religieuses" sur la carte de Claude Masse de 1703. Sur une carte plus détaillée de la ville et des environs (1703) l'ingénieur précisait "Couvant des Religieuses Bénédictines". Mais sur une autre, datée de 1704, l'auteur semble se tromper en définissant ce même lieu comme "Les Ursélinnes" [3]

    Ce couvent est connu sous l'appellation d' "Abbaye Sainte-Croix", bien qu' il ne jouissait pas réellement de ce statut. En effet, il ne s'agissait pas d'un organisme indépendant, mais d'un prieuré dépendant d'une abbaye-mère. Les sources révolutionnaires parlent cependant de "couvent" (vues 129, 130, 134). C'est en effet ce terme qui est privilégié à l'époque moderne pour les congrégations religieuses féminines [4].

  • Frères mineurs Capucins (1616 - 1797)

    Couvent d'hommes (Arch. dép. Vendée, Fichier historique du diocèse de Luçon, 1 Num 47/171). C'est Richelieu, alors évêque de Luçon, qui fonda ce couvent de Capucins, en 1616 d'après le "Bullaire de l'Ordre" (Bullarium capucinorum, t. V, p. 102) [5]. Il avait l'intention de les utiliser comme frères hospitaliers, mais surtout comme prédicateurs, afin d'évangéliser les populations des campagnes environnantes et lutter contre la Réforme protestante dans son diocèse.

    Il existait pourtant déjà un couvent de Franciscains dans la ville, mais qui, en 1613, ne semble pas avoir paru suffisant pour cette mission aux yeux de Richelieu : "L'un d'entre eux me dit qu'il y avait des cordeliers auxdits Sables qui mourraient de faim. Je répondis que si cela était, ils en étaient la principale cause, ne vivant comme ils devaient, et que cela était donc le sujet pour lequel les habitants dudit lieu en désiraient de mieux réglés, et vous, Monsieur, le jugiez nécessaire"[6].

    La date de fondation du couvent en 1611, proposée par l'abbé Delhommeau, parait donc improbable quand on se rend compte qu'en 1613 l'évêque de Luçon était encore en pleine tractation auprès des instances royales pour pouvoir instaurer ce couvent. Cette datation est basée sur le journal d'un Sablais, nommé Collinet (Arch. dép. Vendée, 144 J 4, vue 31), qui écrit le 3 septembre 1776, soit plus de 150 ans après les évènements, sans toutefois citer précisément ses sources.

    Le "Pouillé de Dom Fonteneau" (XVIIIe s. ; Dom Fonteneau, LXIV, f. 663 et 701) mentionne "les Capucins" pour la paroisse Notre-Dame des Sables [7]. Aillery précise (note 2) : "Le couvent des Capucins a été acheté par les Ursulines de Jésus en 1822.

    Un procès-verbal de 1797 nous informe que le couvent était "situé à l'est de la ville, attenant à la porte dite de Luçon", consistant en "un grand terrein enclos de murs, un corps d'église, un choeur, une chapelle, deux corps de batiments..." (Arch. dép. Vendée, 1 Num 47/171, vue 22). La porte "de Luçon" doit correspondre à la "Porte de Talmont" qui apparait sur le cadastre napoléonien de 1830. 

    Le couvent en question se situait entre la "rue des Religieuses" (ancienne "rue des Capucins", 1640) et "l'impasse Bourgenay". Le lieu est définit par le terme "les Capucins" sur les cartes de Claude Masse de 1703 et 1704 [8]. Selon J. Perocheau, il s'agissait "à l'origine [d']un couvent de Capucins (1616), occupé par la suite, par les Ursulines et le Pensionnat Notre-Dame de Bourgenay, devenu Lycée Privée" [...] A cet endroit le couvent des Dames de Chavagne, dit de Bourgenay, était avant la Révolution un couvent de Capucins existant depuis 1610. Après leur dissolution, le couvent devint propriété nationale. Il fut pendant très peu de temps "Hôtel de Ville" et servit de quartier de cavalerie, avant d'être vendu comme bien national et acheté par la famille Gaudin qui le revendit vers 1820 à la Congrégation des Ursulines de Chavagnes"[9].

    Le lieu-dit "Les Religieuses" figurant sur le cadastre napoléonien, à l'est de la ville, près de la Porte de Talmont, devrait donc, par conséquent, correspondre à l'ancien couvent des Capucins, racheté par la ville des Sables en 1795 (Arch. dép. Vendée, 1 Num 47/171, vue 21), puis par la communauté féminine des Ursulines en 1822, ce qui expliquerait l'appellation des bâtiments sur le cadastre de 1830 : "Les Religieuses"[10].

Communautés apostoliques
  • Sœurs de l'Union chrétienne (1693 - 1788)

    Couvent de femmes (Arch. dép. Vendée, Fichier historique du diocèse de Luçon, 1 Num 47/188). Annexe du couvent de l'Union Chrétienne de Luçon (1 Num 47/187). Le "Pouillé de Dom Fonteneau" (XVIIIe s.) mentionne "Les Filles de l'Union chrétienne, dépendant de celles de Luçon" [11].

    Des documents concernant cette annexe sont conservés aux Archives Départementales de la Vendée, parmi les archives du couvent de l'Union Chrétienne de Luçon, sous la cote H 252 (1693 à 1788). "La sœur supérieure de la communauté des Sables" est déjà citée dans un document daté de mai 1693, donc précédemment aux dates extrêmes proposées par l'abbé Delhommeau (1736-1777) dans le Fichier historique du diocèse de Luçon (1 Num 47/188).

    Un document daté de 1679 (1 Num 47/187, vue 3), laisse cependant entendre que la communauté des Sables était préexistante à celle de Luçon : "J'ai établi à Luçon la communauté des nouvelles-catholiques qui étoit aux Sables... Elle sera plus en état, par son établissement, de profiter à tout le diocèse"[12][4].

Activités religieuses

Missions
  • Compagnie de Marie (Montfortains)(1765)
    Du 15 décembre 1765 au 17 janvier 1766, d'après : HACQUET, Pierre-Fr. ; PEROUAS, Louis éd. Mémoire des missions des montfortains dans l'Ouest (1740-1779) : contribution à la sociologie religieuse historique. Fontenay-le-Comte : Impr. P. et O. Lussaud frères, 1964. XXIII-175 p. [Arch. dép. vendée, BIB 2909]
    Pour en savoir plus :

    Fondée, au début du XVIIIe siècle, par saint Louis-Marie Grignion de Montfort. Maison mère : Saint-Laurent-sur-Sèvre.

[1]
p. 129 et note 1-2 (Ouvrage : Pouillé de l'évêché de Luçon, AILLERY, E.)  
[2]
Dictionnaire des rues des Sables d'Olonne / J. Perocheau, 1986, p. 93 ; 95 et 110 ; p. 72 : La rue du Thabor (actuelle rue Guynemer) était également "un souvenir des Capucins".  
[3]
La côte et les marais du Bas-Poitou vers 1700. Cartes et mémoires de Claude Masse, ingénieur du roi / Y. Suire, 2011, p. 142-143, 150, 156, 158  
[4]
Notice complétée par Aurélien Caillaud, le 13/04/2012  
[5]
Richelieu à Luçon : sa jeunesse, son épiscopat / L. Lacroix, 1898, p. 100-105  
[6]
Lettre de Claude de Vic à Richelieu, 21 avril 1613, Archives de la famille de Richelieu, t. I  
[7]
p. 129 et note 1-2 (Ouvrage : Pouillé de l'évêché de Luçon, AILLERY, E.)  
[8]
La côte et les marais du Bas-Poitou vers 1700. Cartes et mémoires de Claude Masse, ingénieur du roi / Y. Suire, 2011, p. 142-143, 150, 156, 158  
[9]
Dictionnaire des rues des Sables d'Olonne / J. Perocheau, 1986, p. 93 ; 95 et 110 ; p. 72 : La rue du Thabor (actuelle rue Guynemer) était également "un souvenir des Capucins".  
[10]
Notice complétée par Aurélien Caillaud, le 13/04/2012  
[11]
p. 129 et note 1-2 (Ouvrage : Pouillé de l'évêché de Luçon, AILLERY, E.)  
[12]
Extrait des Confessions de Mgr de Barillon (Dom Fonteneau, XIV, 897)  

Monuments et équipements

Monuments et équipements

Dessertes ferroviaires
  • Bourgneuf-en-Retz - Les Sables-d'Olonne (voie métrique)(1925 - 1948)
    Pour en savoir plus :

    La ligne va ouvrir progressivement : d'abord jusqu'à Beauvoir-sur-Mer en 1922, puis jusqu'à Saint-Gilles-Croix-de-Vie en 1923 et jusqu'aux Sables-d'Olonne en 1925.

  • La Roche-sur-Yon - Les Sables-d'Olonne (voie normale)(1866 - 3000)
  • Les Sables-d'Olonne - Champ-Saint-Père (voie métrique)(1902 - 1949)
    Pour en savoir plus :

    En 1935, le trafic des voyageurs est supprimé entre Talmont-Saint-Hilaire et Champ-Saint-Père. Le ligne est définitivement fermé sur le tronçon Les Sables-d'Olonne - Talmont-Saint-Hilaire en 1949.

  • Les Sables-d'Olonne - Luçon (voie métrique)(1902 - 1949)

Activités industrielles et économiques

Enquêtes statistiques et démographiques

Enquêtes et statistiques particulières

Enquêtes politiques
  • 1787

    Source : Arch. dép. Vendée, C 49 : Bureau intermédiaire des Sables-d’Olonne. Tableau des paroisses et des arrondissements, 1787

    Dossiers communaux constitués par le service des Renseignements généraux (1948-1952)
  • 1941

    Date exacte : 2 mai 1941. Source : Arch. dép. Vendée, 1 W 50 : Rapports sur les visites communales du préfet (1941-1943)

    Visites communales du préfet (1941-1943)
  • 1942

    Date exacte : 17 avril 1942. Source : Arch. dép. Vendée, 1 W 50 : Rapports sur les visites communales du préfet (1941-1943)

    Visites communales du préfet (1941-1943)
  • 1943

    Date exacte : 25 novembre 1943. Source : Arch. dép. Vendée, 1 W 50 : Rapports sur les visites communales du préfet (1941-1943)

    Visites communales du préfet (1941-1943)
  • 1950

    Renseignements recueillis en janvier 1950. Source : Arch. dép. Vendée, 21 W 925-926 : Dossiers communaux des Renseignements généraux (1948-1952)

    Dossiers communaux constitués par le service des Renseignements généraux (1948-1952)
Enquêtes religieuses
  • 1533

    Dates exactes : du 4 au 21 mars 1533 . Source : Arch. dép. Vendée, 1 G 38 : Visites épiscopales des abbayes et prieurés, églises paroissiales et collégiales (1533-1534)

    Visite pastorale

Personnalités de la commune

Evénements politiques & historiques majeurs

Références


Nous écrire