Archives départementales de la Vendée avec le concours de la Société d'émulation de la Vendée Dictionnaire historique des communes

Espace contributeur

Identifiez vous - Pour en savoir plus

Commune de Montaigu

imprimer la notice complète

Notice rédigée par : Maurice Mignet

Données identitaires

Noms

Nom des habitants
Montacutains

Géographie

Paysages
  • Bas bocage

Histoire

Première mention historique

1179

"de Moteacuto" (Bib. Nat., Mss lat. 5449), d'après : DELHOMMEAU, Louis. Églises de Vendée : vocables, titulaires et liste des documents relatifs à leur construction et à leurs travaux du XIe siècle à nos jours. 2000-2001. 2 vol. (224-232 p.) [Arch. dép. Vendée, BIB MEM 615/1-2]

Géographie historique

Culte

Diocèse
  • Diocèse de Poitiers(1090 - 1317)
    D'après : AILLERY, E. Pouillé de l'évêché de Luçon. Fontenay-le-Comte : Impr. Robuchon, 1860. XXXVI-211 p. [Arch. dép. Vendée, BIB 1569]
  • Diocèse de Luçon(1317 - 1801)
    D'après : AILLERY, E. Pouillé de l'évêché de Luçon. Fontenay-le-Comte : Impr. Robuchon, 1860. XXXVI-211 p. [Arch. dép. Vendée, BIB 1569]
  • Diocèse de La Rochelle et Saintes(1801 - 1821)
    D'après : AILLERY, E. Pouillé de l'évêché de Luçon. Fontenay-le-Comte : Impr. Robuchon, 1860. XXXVI-211 p. [Arch. dép. Vendée, BIB 1569]
  • Diocèse de Luçon(1821 - 9999)
    D'après : AILLERY, E. Pouillé de l'évêché de Luçon. Fontenay-le-Comte : Impr. Robuchon, 1860. XXXVI-211 p. [Arch. dép. Vendée, BIB 1569]
Archiprêtré ou doyenné
  • Doyenné de Montaigu(1201 - 1801)
    D'après : AILLERY, E. Pouillé de l'évêché de Luçon. Fontenay-le-Comte : Impr. Robuchon, 1860. XXXVI-211 p. [Arch. dép. Vendée, BIB 1569]

    doyenné

Paroisses
  • Saint-Jean-Baptiste(1179)
    D'après : DELHOMMEAU, Louis. Églises de Vendée : vocables, titulaires et liste des documents relatifs à leur construction et à leurs travaux du XIe siècle à nos jours. 2000-2001. 2 vol. (224-232 p.) [Arch. dép. Vendée, BIB MEM 615/1-2]
    Pour en savoir plus :

    Prédicteur et martyr (Ie siècle)

  • Saint-Nicolas(1179)
    D'après : DELHOMMEAU, Louis. Églises de Vendée : vocables, titulaires et liste des documents relatifs à leur construction et à leurs travaux du XIe siècle à nos jours. 2000-2001. 2 vol. (224-232 p.) [Arch. dép. Vendée, BIB MEM 615/1-2]
    Pour en savoir plus :

    Evêque de Myre (IVe siècle)

  • Saint-Jacques(1179)
    D'après : DELHOMMEAU, Louis. Églises de Vendée : vocables, titulaires et liste des documents relatifs à leur construction et à leurs travaux du XIe siècle à nos jours. 2000-2001. 2 vol. (224-232 p.) [Arch. dép. Vendée, BIB MEM 615/1-2]
    Pour en savoir plus :

    Apôtre

  • Notre-Dame-de-l'Assomption(1179 - 1627)
    Suppression de la paroisse unie à Saint-Jean-Baptiste en 1627. D'après : DELHOMMEAU, Louis. Églises de Vendée : vocables, titulaires et liste des documents relatifs à leur construction et à leurs travaux du XIe siècle à nos jours. 2000-2001. 2 vol. (224-232 p.) [Arch. dép. Vendée, BIB MEM 615/1-2]
    Pour en savoir plus :

    Assomption de la Bienheureuse Vierge Marie

Ressorts féodaux et judiciaires

Bailliage
  • Sénéchaussée de Poitiers(1436 - 1789)
    D'après : BARBAUD, Gabriel. Inventaire sommaire des Archives départementales antérieures à 1790 : Vendée : archives civiles, séries A, B, C. La Roche-sur-Yon : Servant-Mahaud, 1898. P. XXIV-XXVII

Ressorts militaires

Gouvernement
  • Gouvernement du Poitou(1560 - 1791)
    D'après : Gouvernement général et militaire du Poitou dressé sur les dernières observations [carte]. Paris : Longchamps, 1767 [Arch. dép. Vendée, 6 Fi 14]
Bureau de recrutement militaire
  • Bureau de La Roche-sur-Yon(1867 - 1929)
    D'après : Arch. dép. Vendée, 1 R - Recrutement de l'armée (an IX-1942)

Ressorts administratifs et fiscaux

Intendance et subdélégation
  • Généralité de Poitiers. Subdélégation de Montaigu(1780 - 1786)
    D'après : BARBAUD, Gabriel. Inventaire sommaire des Archives départementales antérieures à 1790 : Vendée : archives civiles, séries A, B, C. La Roche-sur-Yon : Servant-Mahaud, 1898. P. XXVIII-XXXI ; dates à préciser données d'après ARBELLOT, Guy, GOUBERT, Jean-Pierre, MALLET, Jacques, PALAZOT, Yvette. Carte des généralités, subdélégations et élections en France à la veille de la Révolution de 1789 : circonscriptions administratives à la fin de l'Ancien Régime. Paris : Éd. du CNRS, 1986. 98 p. [Arch. dép. vendée, BIB ATLAS 18]
Election
  • Election de Châtillon-sur-Sèvre(1780 - 1786)
    D'après : BARBAUD, Gabriel. Inventaire sommaire des Archives départementales antérieures à 1790 : Vendée : archives civiles, séries A, B, C. La Roche-sur-Yon : Servant-Mahaud, 1898. P. XXVIII-XXXI ; dates à préciser données d'après ARBELLOT, Guy, GOUBERT, Jean-Pierre, MALLET, Jacques, PALAZOT, Yvette. Carte des généralités, subdélégations et élections en France à la veille de la Révolution de 1789 : circonscriptions administratives à la fin de l'Ancien Régime. Paris : Éd. du CNRS, 1986. 98 p. [Arch. dép. vendée, BIB ATLAS 18]
District révolutionnaire
  • District de Montaigu(1790 - 1795)
    D'après : BARBAUD, G., LANCO, P., FAUCHEUX, M. Répertoire numérique de la série L, administrations et tribunaux de l'époque révolutionnaire : 1789-an VIII. La Roche-sur-Yon : Préfecture de la Vendée, 1966. P. 5-20
Arrondissement
Canton
  • Canton de Montaigu(1790 - 1801)
    D'après : BARBAUD, G., LANCO, P., FAUCHEUX, M. Répertoire numérique de la série L, administrations et tribunaux de l'époque révolutionnaire : 1789-an VIII. La Roche-sur-Yon : Préfecture de la Vendée, 1966. P. 5-20
  • Canton de Montaigu(1801 - 9999)

Ressorts divers

Bureau de l'Enregistrement
  • Bureau de Montaigu(1795 - 1961)

    Antérieurement à la période an III (1795)-septembre 1961, le bureau de contrôle des actes était aussi celui de Montaigu. Toutefois, aucun document n'a été conservé pour ce bureau. La période est donnée à titre indicatif (durant l'ancien régime et la période révolutionnaire, certains bureaux ont pu fermer temporairement, obligeant les notaires à se tourner vers les bureaux voisins, voire à négliger la formalité de contrôle et d'enregistrement.)

     

  • Bureau de La Roche-sur-Yon(1961)

Institutions locales

Organisation civile municipale

Hôpitaux
  • Hôpital-hospice de Montaigu (1696 - 9999)
    D'après : Arch. dép. vendée, 1 X - Administration hospitalière (an II-1956)

Institutions religieuses

Communautés monastiques
  • Saint-Sauveur
    Fontevristes (1627 - 1798)

    Prieuré de femmes, dépendant de l'abbaye de Fontevraud (Arch. dép. Vendée, Fichier historique du diocèse de Luçon, 1 Num 47/155). "Les religieuses de Fontevrault" ne sont citées que dans le Pouillé de Dom Fonteneau, peut-être comme gérantes de la sacristie. Cette quasi absence dans les pouillés de l'évêché est probablement due à l'indépendance dont jouissait le couvent vis-à-vis de l'évêque (cf. 1 Num 47/155, vue 6)[1].

     

    Aillery précise : "Cet établissement fondé en 1612 par Paule et Charlotte de Fiesque, aïeules de l'amiral Aubert du Petit-Thouars, dont la famille est originaire de Saint-Sulpice-le-Verdon, était d'abord de l'ordre de Saint-Benoît et connu sous le nom de Saint-Sauveur. Il fut approuvé, le 22 septembre 1626, par l'évêque Aimeri de Bragelogne. En 1642, ces religieuses demandèrent à Pierre de Nivelle, évêque du diocèse, à se soumettre à l'ordre de Fontevrault, ce qui leur fut accordé le 13 septembre de cette même année. Il y avait dans ce couvent 20 à 25 religieuses"[1].

     

    Les religieuses ont en effet demandé à être rattachées à l'ordre de Fontevrault en 1642 (1 Num 47/155, vues 4 et 5) ; ce qui pose question, car si l'on en croit un document de 1627 (1 Num 47/155, vue 2), ce sont des religieuses provenant du monastère fontevriste de La Regrippière (Vallet, Loire-Atlantique), fondé par Robert d'Arbrissel lui même, qui devaient peupler ce prieuré[2].

Activités religieuses

Missions
  • Compagnie de Marie (Montfortains)(1773)
    Du 21 février au 26 mars 1773, d'après : HACQUET, Pierre-Fr. ; PEROUAS, Louis éd. Mémoire des missions des montfortains dans l'Ouest (1740-1779) : contribution à la sociologie religieuse historique. Fontenay-le-Comte : Impr. P. et O. Lussaud frères, 1964. XXIII-175 p. [Arch. dép. vendée, BIB 2909]
    Pour en savoir plus :

    Fondée, au début du XVIIIe siècle, par saint Louis-Marie Grignion de Montfort. Maison mère : Saint-Laurent-sur-Sèvre.

[1]
p. 77 et note 3.  
[2]
Notice complétée par Aurélien Caillaud, le 13/04/2012.  

Monuments et équipements

Monuments et équipements

Dessertes ferroviaires
  • Montaigu - L'Aiguillon-sur-Mer (voie métrique)(1901 - 1935)
    Pour en savoir plus :

    Le tronçon Sainte-Hermine - Luçon ouvre en 1900. En 1901, ouvrent les tronçons Montaigu - L'Oie et Luçon - L'Aiguillon-sur-Mer. La ligne est complètée en 1908 par l'ouverture du tronçon L'Oie - Sainte-Hermine.

    La fermeture de la ligne sera progressive : d'abord de Montaigu à Sainte-Hermine en 1935, puis jusqu'à Triaize en 1947 et enfin jusqu'à L'Aiguillon-sur-Mer en 1949.

  • Nantes - La Roche-sur-Yon (voie normale)(1866 - 3000)
Dessertes routières

Activités industrielles et économiques

Enquêtes statistiques et démographiques

Enquêtes et statistiques particulières

Enquêtes politiques
  • 1941

    Date exacte : 18 août 1941 . Source : Arch. dép. Vendée, 1 W 50 : Rapports sur les visites communales du préfet (1941-1943)

    Visites communales du préfet (1941-1943)
  • 1950

    Renseignements recueillis en février 1950. Source : Arch. dép. Vendée, 21 W 925-926 : Dossiers communaux des Renseignements généraux (1948-1952)

    Dossiers communaux constitués par le service des Renseignements généraux (1948-1952)
Enquêtes religieuses
  • 1534

    Dates exactes : du 1er au 17 juin 1534. Source : Arch. dép. Vendée, 1 G 38 : Visites épiscopales des abbayes et prieurés, églises paroissiales et collégiales (1533-1534)

    Visite pastorale

Personnalités de la commune

Evénements politiques & historiques majeurs

Evénements politiques et historiques majeurs

  • (1000 - 2019)

    L'histoire de Montaigu résumée en 12 paragraphes

     

    Bien que des trouvailles archéologiques remontant à l’Antiquité, voire à la préhistoire, auraient été faites à Montaigu, et plus particulièrement dans le quartier Saint-Jacques1, son histoire remonte au mieux au Haut Moyen Âge, c’est-à-dire guère avant "l’an Mil".

     

    L’origine de Montaigu correspond à l’établissement, peu avant l’an 1000, d’un premier château sur le site en éperon formé par la confluence de la Maine et de l’Asson, accompagné au nord par une petite cité enclose dont il était séparé par le creusement d’une grande douve, dite plus tard "douves intérieures". On attribue traditionnellement cette origine à l’insécurité provoquée par les invasions normandes2. Mais il se pourrait aussi qu’elle soit une fondation de Foulques Nerra († 1040), comte d’Anjou et allié des comtes de Poitiers / ducs d’Aquitaine, quand il s’efforçait de refouler l’expansion bretonne qui s’était étendue sur la région aux IXe et Xe siècles3.

     

    Autour de l'an mil, le premier des seigneurs de Montaigu aurait été un certain Gérard (Girard) Archemasle, au surnom curieux. C’est à cette époque qu’apparurent les "Marches séparantes de Bretagne et du Poitou" dont Montaigu sera le centre jusqu’en 1789. Une homonymie a fait prétendre, à tort, que l’un d'entre eux aurait pris part à la bataille d’Hastings et à la conquête de l’Angleterre en 1066. Leur généalogie reste incertaine jusque vers 11504.

     

    Le XIIe siècle, période de forte croissance démographique, vit la ville de Montaigu agrandir son enceinte et le château moderniser ses défenses5. C’est à cette époque que l’hôpital fut fondé6. En limite d’une Bretagne alors indépendante, ses seigneurs, parmi lesquels Maurice II († 1202), participèrent au conflit opposant les Plantagenêts aux Capétiens qui cherchaient à établir leur souveraineté sur la région7. Longtemps aux côtés des premiers, ils finirent par basculer définitivement dans le camp des seconds dans les années 1380.

     

    Aux débuts de la guerre de Cent ans (1337-1453), Montaigu, qui appartenait à Jeanne de Belleville († 1359), fut mis sous séquestre par le roi de France. Elle puis ses successeurs, les Harpedane, furent amenés à soutenir les droits d’Edouard III (1312-1377), descendant des Plantagenêts et petit-fils du roi de France Philippe IV le Bel8. Mais en 1383 Jean II Harpedane († 1434) changea d’allégeance, et en 1429, son fils Jean III († 1462) participa aux côtés de Jeanne d’Arc à la délivrance d’Orléans9. L’année 1411 reste connue pour les violents affrontements et le procès mémorable qui opposèrent les habitants de Montaigu à leur seigneur d’alors, Jean II Harpedane10.

     

    En 1473, dans le cadre de sa lutte pour mettre fin à l’indépendance bretonne, le roi de France, Louis XI, acquit momentanément la seigneurie de Montaigu. En 1476, il fit renforcer et moderniser les fortifications de la ville et du château, et en 1479 il y établit un "siège royal", c’est-à-dire une importante juridiction royale. Mais celui-ci disparut quand, en 1491, son fils Charles VIII, qui en épousant la duchesse Anne de Bretagne estima le but atteint, rétrocéda Montaigu à ses anciens seigneurs11.

     

    En 1517, les La Trémoille achetèrent la seigneurie de Montaigu. De 1563 à 1588, celle-ci se trouva prise dans la tourmente des guerres de Religion. La région fut ravagée par des bandes huguenotes incendiant, pillant, détruisant et, à l'occasion, massacrant des habitants. De 1563 à 1588, la ville de Montaigu changea dix fois de mains. Ses abords furent ruinés et sa population réduite probablement des deux-tiers. En 1586, le démantèlement du château, décidé six ans plus tôt à la paix du Fleix, mit fin au rôle militaire de la ville12.

     

    Le XVIIe siècle fut une période de relèvement. En 1633, la seigneurie fut achetée par les La Lande de Machecoul, qui firent édifier un temple protestant dans la ville, mais leurs héritiers abandonneront la religion réformée avant la fin du siècle. La réorganisation des écoles, de l’hôpital, des institutions judiciaires seigneuriales et des institutions ecclésiales s’étendit jusque dans la seconde moitié du XVIIIe siècle13. A la veille de la Révolution, Montaigu exerçait les fonctions de centre régional et comptait dans les étroites limites de ses fossés et de ses faubourgs environ 1500 habitants14.

     

    En 1789, la population montacutaine était en faveur des idées nouvelles15 mais, à partir de 1790, elle s’opposa majoritairement à la politique, anticatholique du gouvernement révolutionnaire et aux comportements de nouveaux privilégiés de ses partisans locaux. Cela aboutit aux mouvements de révoltes populaires de mars 1793, puis à la prise et à la destruction de la ville par les armées républicaines en septembre suivant. La ville "fut livrée au plus affreux pillage […] Murs de clôture, maisons, arbres, haies, en un mot tout […] fut démoli, coupé ou incendié. Montaigu n'était plus reconnaissable"16, ceci s’accompagnant de massacres ou exécutions qui se systématiseront dans les alentours au cours des mois suivants. Ceux de la bourgeoisie montacutaine qui, ayant pris le parti du nouveau pouvoir s’étaient réfugiés à Nantes, revinrent pour diriger durablement la ville17, en ruine et ayant perdu la moitié sinon les deux-tiers de sa population de 1789.

     

    Au milieu du XIXe siècle, la ville de Montaigu avait retrouvé le nombre d’habitants qu’elle avait eu avant la Révolution, mais avait perdu ses fonctions de chef-lieu de district puis, en 1810, d’arrondissement. De la fin des années 1790 à 1935, la famille des Trastour, représentative d’une bourgeoisie locale enrichie par la Révolution et alliant des opinions estimées progressistes à des comportements sociaux très conservateurs, imposa son omniprésence dans les municipalités successives de la ville18. L'arrivée du chemin de fer en 1866, créa un quartier nouveau en avant de la gare mais sans entraîner un essor économique vraiment important.

     

    Après l’Occupation, entre juin 1940 et septembre 1944, l’évolution, amorcée aux élections municipales de Montaigu en 1935, se confirma dans les années 1950. Ainsi que dans les communes des alentours, des hommes issus de nouveaux milieux sociaux (en particulier du monde de l'entreprise) et s’étant faits par eux-mêmes, accédèrent aux fonctions municipales. Malgré des permanences, les clivages antérieurs se trouvèrent pour beaucoup dépassés. Ce fut le début d’une période de forts changements :
    Le développement économique devint une réalité. L'essor des transports routiers y a joué un rôle important, permettant l'installation "d'usines à la campagne", et en 1975 sur 7709 actifs dans le canton de Montaigu, 3311 travaillaient dans le secteur secondaire, BTP inclus (soit 42,9 % des actifs). En 1982 ils étaient 4996 sur 9288 (soit 53,8 % des actifs). Par la suite, la part du secteur tertiaire a pris plus d'importance19.
    Démographiquement, la population qui avait jusqu'alors stagné pour Montaigu (1911 : 1908 hab., 1954 : 2172) et décliné pour les quatre communes environnantes de Boufféré, La Guyonnière, Saint-Georges-de-Montaigu et Saint-Hilaire-de-Loulay (1911 : 7996 hab., 1954 : 7387), a plus que doublé en 50 ans. En 2010, la population de Montaigu comptait 5050 habitants et celle des quatre autres communes 13 740.
    L’urbanisation s’est rapidement étendue à la totalité du territoire communal de Montaigu, y faisant définitivement disparaître l’environnement naturel et rural, et aux communes voisines.

     

    Le 1er janvier 2019, l’association des cinq communes de Boufféré, la Guyonnière, Montaigu, Saint-Georges-de-Montaigu, Saint-Hilaire-de-Loulay, aboutit à la création d’une commune nouvelle, regroupant 20 509 habitants (au 1er janvier 2018)20 sur 11 792 hectares, et portant, par souci de visibilité géographique et de continuité historique, le nom de "Montaigu-Vendée".

     

    Les articles suivants, en ligne ou bientôt en ligne, apportent un grand développement à l'histoire de Montaigu. De l’auteur du résumé ci-dessus, mais ne pouvant pour des raisons techniques être actuellement intégrés aux rubriques du site des Archives de la Vendée, ils sont en attendant hébergés par le site "Montaigu en Vendée", sous la propre responsabilité de leur auteur (NDE) :

     

    - Préhistoire et Antiquité dans la région de Montaigu

    - 843 / 844 : rivalités entre Bretons et Francs près de Montaigu

    - 1000-1150 : les incertains premiers seigneurs de Montaigu

    - 1174, 1182, 1241 : Maurice II de Montaigu, sa fille Marguerite, et les origines de la "maison hospitalière"

    - XIIe XIIIe siècles : Montaigu entre les Plantagenets et les Capétiens

    - 1337-1359 : Jeanne de Belleville, "dame de Montaigu", une veuve justicière et une héroïne de romans

    - 1361-1372 : Jean 1er Harpedane, un anglo-aquitain seigneur de Montaigu

    - 1372-1434 : Jean II Harpedane, un seigneur de Montaigu pro-Valois

    - 1411 : Montaigu en révolte contre son seigneur

    - 1428-1462 : les ambitions de Jean III Harpedane, seigneur de Montaigu

    - 1447 : Nicolas Queyré, sénéchal de Montaigu, en procès contre Jean III Harpedane

    - 1473-1491 : Louis XI (puis Charles VIII), Montaigu, et la fin de l’indépendance bretonne

    - 1517 : les La Trémoille deviennent barons de Montaigu

    - 1563-1588 : Montaigu dans les violences et les calculs des Guerres de Religion

    - 1586 : le Démantèlement de Montaigu et de son château

    - 1600 : construction de la "maison de la Sénéchaussée" de Montaigu

    - 1613 : les chanoines de la collégiale Saint-Maurice édifient leur nouvelle chapelle dans la ville de Montaigu

    - 1626-1792 : naissance et mort du couvent Notre-Dame de Saint-Sauveur, de Montaigu

    - 1630-1639 : un nouveau Temple protestant est construit à Montaigu

    - 1637 : Fr.-N. Dubuisson-Aubenay excursionne à Montaigu et dans les Marches du Poitou et de Bretagne

    - 1667 : Gilles de La Roche Saint-André, un des deux chefs d'escadre du Royaume

    - 1680-1705 : le Marquis de Crux réorganise l’enseignement à Montaigu

    - 1696 : l’Aumônerie de Montaigu devient définitivement hôpital

    - 1711 : passage de Louis-Marie Grignion de Montfort à Montaigu

    - 1742 : François-Frédéric Belloüard de Jémonville écrit une première histoire de Montaigu

    - Montaigu, centre administratif au XVIIIe siècle et jusqu’en 1810

    - 1755-1757 : Montaigu et le grand chemin royal de Nantes à la Rochelle

    - 1770 : Jacques-Gabriel Leclerc de Juigné, seigneur de Montaigu, y développe les foires

    - 1775-1783 : l’amiral Du Chaffault et les montacutains dans la guerre d’Indépendance américaine

    - 1777-1789 : Auguste Beufvier fonde une première société de secours mutuels à Montaigu

    - 1783-1785 : Montaigu sur la carte de Cassini…

    - 1786 : la "Topographie médicale de la ville de Montaigu en Poitou" par Louis Richard de la Vergne

    - 1789 : réunion à Montaigu de l’Assemblée des Marches communes de Poitou et de Bretagne

    - 1789 : le futur "libertador" Francisco de Miranda à Montaigu

    - 1790 (février) : élection d’Augustin de la Roche Saint-André, un maire aux idées progressistes

    - 1790 : prestation du "serment civique" par les corps constitués et la population de Montaigu

    - 1792 (novembre) : réunion de l’Assemblée départementale de la Vendée à Montaigu

    - 1793 (mars) : des manifestations populaires à Montaigu tournent au soulèvement

    - 1793 (printemps) : disparition de Jean Vincent, le maître de la poste aux chevaux de Montaigu

    - 1793 (printemps) : Haudaudine à Montaigu, nantais, républicain mais homme de parole

    - 1793 (septembre) : la ville de Montaigu, prise, libérée puis reprise (selon Broussais et Championnière)

    - 1793-1794 : Kléber met Montaigu en coupe règlée

    - 1793-1799 : René Barbançon, un des montacutains de la Virée de Galerne

    - 1793 (oct.) - 1800 : Montaigu sous occupation politique et militaire

    - 1793-1794 : le destin des sœurs Deléard, aubergistes à Montaigu

    - 1794 : les généraux Ferrand et Huché et leurs soldats passent par Montaigu

    - 1789-1799 : la réussite politique, économique et sociale des Goupilleau et leurs grands principes

    - 1795-1799 : La Revellière-Lépeaux, montacutain et Directeur de la République

    - 1796-1799 : transferts de propriétés et nouveaux privilégiés à Montaigu

    - 1797-1829 : Louis-Marie Baudouin, un montacutain réorganisateur en Vendée

    - 1798 : la Maine deviendra-t-elle navigable jusqu’à Montaigu ?

    - 1800-1806 : Pierre-Paul Clemenceau, premier sous-préfet de Montaigu

    - 1801, 1837 : le maire de Montaigu, l’entretien des rues, le tri des ordures, le stationnement des voitures…

    - 1804 : le montacutain Pierre-Charles Jagueneau impliqué dans "l’affaire des plombs"

    - 1808 : Napoléon Bonaparte fait halte à Montaigu

    - 1809 : nouvelles limites communales pour Montaigu

    - 1828, 1832 : la duchesse de Berry à Montaigu

    - 1832 : Louis-Charles de Bonnechose, une victime de la police philippiste

    - 1832-1834 : Depienne et les bons enfants, des Robins des Bois près de Montaigu

    - 1837 : Armand Trastour réglemente les cafés, auberges, cabarets et autres lieux publics de Montaigu

    - 1845 : Charles Dugast-Matifeux crée une deuxième histoire de Montaigu

    - 1866-1956 : Montaigu, le chemin de fer et l’industrie

    - 1870 : le maire Armand Trastour contraint à la démission

    - 1884-1890 : début et fin de la revue montacutaine, "Echos du Bocage vendéen"

    - 1900 : mort du Montacutain Georges Villebois-Mareuil

    - 1906 : le voyage officiel à Montaigu du ministre de l’intérieur, Georges Clemenceau

    - 1910 : Gustave Mignen ébauche une troisième histoire de Montaigu

    - 1925-1934 : élection de Joseph Chapelain et fin du règne des Gaillard-Trastour

    - 1940-1944 : la "Mère Ageasse", un journal clandestin antinazi près de Montaigu

    - 1952-1953 : la création d’une Zone de protection patrimoniale pour préserver Montaigu

    - 1958 : Georges Laronze écrit une quatrième histoire de Montaigu

    - 1960 : un Plan d’Occupation des Sols pour Montaigu

    - 1969 : la fondation du District de Montaigu

    - 1973 : création du "Mondial minime de foot" de Montaigu

    - 1988 : création du "Printemps du livre" de Montaigu

    - 1990 : Montaigu, un pôle du transport et de la logistique

    - 2019 : "Montaigu-Vendée", une des quatre grandes villes de Vendée

     

    -------------------------

    Sources et Références :

    1 Ces trouvailles archéologiques, dont rien n’a été conservé, sont signalées par Charles Dugast-Matifeux (1812-1894), érudit local de fiabilité limitée, dont les écrits ne peuvent être utilisés sans vérifications.

    2 Laronze (Georges), Montaigu, ville d’histoire (IVe-XXe siècle), 1958, p. 8.

    3 Guerry (Amblard de), Chavagnes, communauté vendéenne, 1988, p. 35-37 ; Dillange (Michel), les Comtes de Poitou, ducs d’Aquitaine (778-1204), 1995, p. 113-143.

    4 Bonetti (Philippe) et David (Abel), Montaigu, parcours historiques, 1998, p. 19-23.

    5 Examen sur le terrain, en 2016, des substructures de la haute cour du Château de Montaigu, et des parties sud et est des murailles de la vieille ville.

    6 Mignen (Gustave), Chartes de Fondations pour l’Aumônerie-Hôpital de Montaigu (Bas-Poitou), 1904, 39 p.

    7 Laronze (Georges), Montaigu, ville d’histoire (IVe-XXe siècle), 1958, p. 12-15.

    8 Voir dans le Dictionnaire des Vendéens, les notices biographiques de Jeanne de Belleville, Jean Ier Harpedane, Jean II Harpedane, Jean III Harpedane (Arch. dép. de la Vendée).

    9 Colrat (Jean-Claude), les Compagnons d’armes de Jehanne la Pucelle et du siège d’Orléans, 1997, tome 2, p. 40.

    10 Gauvard (Claude), "L'opinion publique aux confins des états et des principautés au début du XVe siècle", Actes des congrès de la Société des historiens médiévistes de l'enseignement supérieur public, 1973, vol. 4, n° 1, p. 127-152.

    11 Vaesen (Joseph), "Catalogue du fonds Bourré à la Bibliothèque nationale", Bibliothèque de l’école des Chartes, tome XLIV, 1883, p. 302-303 ; Lettres de Louis XI, roi de France, tome V, 1895, p. 350-354 ; tome VI, p. 336 ; tome VII, p. 197-199 ; tome IX, p. 190-191.

    12 Voir ci-après : Montaigu dans les violences et les calculs des Guerres de Religion (1563, 1569, 1575, 1579-1580, 1588).

    13 Voir : Dubuisson-Aubenay (Fr.-N.), "Itinéraire de Bretagne en 1636", in Archives de Bretagne, 1902, p. 160-172 ; Bellouard de Jémonville (Fr.-Fr.-H.), Histoire de Montaigu, 3e partie, manuscrit, 1742 (Bibl. mun. de Nantes : Fonds Dugast-Matifeux : "Documents antérieurs à la Révolution", dossier 204) ; Brochard (Fl.), le Chapitre collégial Saint-Maurice de Montaigu au XVIIIe siècle, 2001, 163 p. ; Mignen (G.) : les Religieuses Fontevristes de Notre-Dame de Saint-Sauveur à Montaigu (Bas-Poitou), 1626-1792, 1902, 222 p. ; les Maîtresses et Maîtres d’école de Montaigu avant et après 1789, 1907, p. 6-22 et p. 49-57, Chartes de Fondations pour l’Aumônerie-Hôpital de Montaigu (Bas-Poitou), 1904, p. 33-37.

    14 Richard de La Vergne (Louis), Mémoire sur la topographie de la ville de Montaigu en Poitou, 1787, manuscrit (Arch. dép. de la Vendée : Fonds Mignen, 36 J 60/2).

    15 Conseil général de Loire-Atlantique, Cahiers des Plaintes et Doléances de Loire-Atlantique, 1789, 1989 (voir aussi, dans cette même notice, les pages sur l’Assemblée des Marches à Montaigu du 31 mars au 3 avril 1789, et sur leur cahier de doléances commun à leurs trois ordres).

    16 Kléber (Jean-Baptiste), Mémoires politiques et militaires, éd. 1907, p. 174, p. 94 et p. 116-117.

    17 Correspondance, en 1798, de J.-B. Fayau, commissaire du Directoire exécutif de la Vendée près de l’administration municipale du canton de Montaigu (Arch. dép. de la Vendée : L 255).

    18 Délibérations et Arrêtés municipaux de Montaigu (Arch. dép. de la Vendée : 146 R2, 146 R3).

    19 INSEE, Recensement général de la population de 1982, dépouillement exhaustif… – Vendée - canton de Montaigu, p. 4, tableau P16 ; - Idem, R.G.P. de 1982.

    20 INSEE, Population légale de la Vendée à compter du 1er janvier 2018, 10 p.

Références


Nous écrire