Archives départementales de la Vendée avec le concours de la Société d'émulation de la Vendée Dictionnaire historique des communes

Espace contributeur

Identifiez vous - Pour en savoir plus

Commune de Fontenay-le-Comte

imprimer la notice complète

Données identitaires

Noms

Nom des habitants
Fontenaisiens
Anciens noms
  • Fontenay-le-Peuple (nom révolutionnaire)

Géographie

Communes absorbées
  • Charzais (1966 - 1966)

    Commune supprimée par réunion à celle de Fontenay-le-Comte, par arrêté préfectoral du 3 juin 1966.

  • Saint-Médard-des-Prés (1972 - 1972)
    Commune supprimée par réunion à celle de Fontenay-le-Comte, par arrêté préfectoral du 30 mai 1972
Paysages
  • Plaine
    La commune est composée d'environnements différents : le marais et la plaine. La commune adhère au syndicat mixte du parc interrégional du Marais Poitevin
Cours d'eau
  • Vendée
    Pour en savoir plus :

    La rivière éponyme du département prend sa source dans la commune de Saint-Paul-en-Gâtine près de L’Absie en Deux-Sèvres. Longue de plus de quatre-vingt kilomètres, la Vendée se jette dans la Sèvre niortaise au sud de L’Ile-d’Elle, à la limite des départements de la Vendée et de la Charente-Maritime. La rivière est un des rares affluents à être navigable : les bateaux de mer pouvaient remonter jusqu’à Fontenay-le-Comte via la Sèvre niortaise. La partie non navigable de la Vendée a été un lieu propice à l’installation des moulins à eau : nombreux sous l’Ancien Régime, ils sont près d’une dizaine dans la seconde moitié du XIXe siècle. Afin de gérer les ressources en eau en amont de Fontenay-le-Comte, deux barrages ont été construits sur le lit de la Vendée. Le premier, celui de Mervent, est mis en service en 1956 et concerne les communes de L’Orbrie et de Mervent ; le second, dit barrage d’Albert, terminé en 1964, est à la limite des communes de Saint-Michel-le-Cloucq et de Foussais-Payré.

Cours d’eau secondaires :

Histoire

Première mention historique

942

"de Fontiniaco" (Arch. paroissiales de Notre-Dame), d'après : DELHOMMEAU, Louis. Églises de Vendée : vocables, titulaires et liste des documents relatifs à leur construction et à leurs travaux du XIe siècle à nos jours. 2000-2001. 2 vol. (224-232 p.) [Arch. dép. Vendée, BIB MEM 615/1-2]

Géographie historique

Culte

Diocèse
  • Diocèse de Poitiers(841 - 1317)
    D'après : AILLERY, E. Pouillé de l'évêché de Luçon. Fontenay-le-Comte : Impr. Robuchon, 1860. XXXVI-211 p. [Arch. dép. Vendée, BIB 1569]
  • Diocèse de Poitiers(841 - 1317)
    D'après : AILLERY, E. Pouillé de l'évêché de Luçon. Fontenay-le-Comte : Impr. Robuchon, 1860. XXXVI-211 p. [Arch. dép. Vendée, BIB 1569]
  • Diocèse de Maillezais(1317 - 1648)
    D'après : AILLERY, E. Pouillé de l'évêché de Luçon. Fontenay-le-Comte : Impr. Robuchon, 1860. XXXVI-211 p. [Arch. dép. Vendée, BIB 1569]
  • Diocèse de Maillezais(1317 - 1648)
    D'après : AILLERY, E. Pouillé de l'évêché de Luçon. Fontenay-le-Comte : Impr. Robuchon, 1860. XXXVI-211 p. [Arch. dép. Vendée, BIB 1569]
  • Diocèse de La Rochelle(1648 - 1801)
    D'après : AILLERY, E. Pouillé de l'évêché de Luçon. Fontenay-le-Comte : Impr. Robuchon, 1860. XXXVI-211 p. [Arch. dép. Vendée, BIB 1569]
  • Diocèse de La Rochelle(1648 - 1801)
    D'après : AILLERY, E. Pouillé de l'évêché de Luçon. Fontenay-le-Comte : Impr. Robuchon, 1860. XXXVI-211 p. [Arch. dép. Vendée, BIB 1569]
  • Diocèse de La Rochelle et Saintes(1801 - 1821)
    D'après : AILLERY, E. Pouillé de l'évêché de Luçon. Fontenay-le-Comte : Impr. Robuchon, 1860. XXXVI-211 p. [Arch. dép. Vendée, BIB 1569]
  • Diocèse de La Rochelle et Saintes(1801 - 1821)
    D'après : AILLERY, E. Pouillé de l'évêché de Luçon. Fontenay-le-Comte : Impr. Robuchon, 1860. XXXVI-211 p. [Arch. dép. Vendée, BIB 1569]
  • Diocèse de Luçon(1821 - 9999)
    D'après : AILLERY, E. Pouillé de l'évêché de Luçon. Fontenay-le-Comte : Impr. Robuchon, 1860. XXXVI-211 p. [Arch. dép. Vendée, BIB 1569]
  • Diocèse de Luçon(1821 - 9999)
    D'après : AILLERY, E. Pouillé de l'évêché de Luçon. Fontenay-le-Comte : Impr. Robuchon, 1860. XXXVI-211 p. [Arch. dép. Vendée, BIB 1569]
Archiprêtré ou doyenné
  • Archiprêtré d'Ardin(1201 - 1801)
    D'après : AILLERY, E. Pouillé de l'évêché de Luçon. Fontenay-le-Comte : Impr. Robuchon, 1860. XXXVI-211 p. [Arch. dép. Vendée, BIB 1569]

    archiprétré

  • Doyenné de Fontenay(1201 - 1801)
    D'après : AILLERY, E. Pouillé de l'évêché de Luçon. Fontenay-le-Comte : Impr. Robuchon, 1860. XXXVI-211 p. [Arch. dép. Vendée, BIB 1569]

    doyenné

Paroisses
  • Notre-Dame-de-l'Assomption(942)
    D'après : DELHOMMEAU, Louis. Églises de Vendée : vocables, titulaires et liste des documents relatifs à leur construction et à leurs travaux du XIe siècle à nos jours. 2000-2001. 2 vol. (224-232 p.) [Arch. dép. Vendée, BIB MEM 615/1-2]
    Pour en savoir plus :

    Assomption de la Bienheureuse Vierge Marie

  • Saint-Jean-Baptiste(1197)
    D'après : DELHOMMEAU, Louis. Églises de Vendée : vocables, titulaires et liste des documents relatifs à leur construction et à leurs travaux du XIe siècle à nos jours. 2000-2001. 2 vol. (224-232 p.) [Arch. dép. Vendée, BIB MEM 615/1-2]
    Pour en savoir plus :

    Prédicteur et martyr (Ie siècle)

  • Saint-Nicolas(1197)
    D'après : DELHOMMEAU, Louis. Églises de Vendée : vocables, titulaires et liste des documents relatifs à leur construction et à leurs travaux du XIe siècle à nos jours. 2000-2001. 2 vol. (224-232 p.) [Arch. dép. Vendée, BIB MEM 615/1-2]
    Pour en savoir plus :

    Evêque de Myre (IVe siècle)

Ressorts féodaux et judiciaires

Bailliage
  • Sénéchaussée secondaire de Fontenay-le-Comte(1544 - 1789)
    D'après : BARBAUD, Gabriel. Inventaire sommaire des Archives départementales antérieures à 1790 : Vendée : archives civiles, séries A, B, C. La Roche-sur-Yon : Servant-Mahaud, 1898. P. XXIV-XXVII

Ressorts militaires

Gouvernement
  • Gouvernement du Poitou(1560 - 1791)
    D'après : Gouvernement général et militaire du Poitou dressé sur les dernières observations [carte]. Paris : Longchamps, 1767 [Arch. dép. Vendée, 6 Fi 14]
Bureau de recrutement militaire
  • Bureau de Fontenay-le-Comte(1867 - 1929)
    D'après : Arch. dép. Vendée, 1 R - Recrutement de l'armée (an IX-1942)

Ressorts administratifs et fiscaux

Intendance et subdélégation
  • Généralité de Poitiers. Subdélégation de Fontenay-le-Comte(1780 - 1786)
    D'après : BARBAUD, Gabriel. Inventaire sommaire des Archives départementales antérieures à 1790 : Vendée : archives civiles, séries A, B, C. La Roche-sur-Yon : Servant-Mahaud, 1898. P. XXVIII-XXXI ; dates à préciser données d'après ARBELLOT, Guy, GOUBERT, Jean-Pierre, MALLET, Jacques, PALAZOT, Yvette. Carte des généralités, subdélégations et élections en France à la veille de la Révolution de 1789 : circonscriptions administratives à la fin de l'Ancien Régime. Paris : Éd. du CNRS, 1986. 98 p. [Arch. dép. vendée, BIB ATLAS 18]
Election
  • Election de Fontenay-le-Comte(1780 - 1786)
    D'après : BARBAUD, Gabriel. Inventaire sommaire des Archives départementales antérieures à 1790 : Vendée : archives civiles, séries A, B, C. La Roche-sur-Yon : Servant-Mahaud, 1898. P. XXVIII-XXXI ; dates à préciser données d'après ARBELLOT, Guy, GOUBERT, Jean-Pierre, MALLET, Jacques, PALAZOT, Yvette. Carte des généralités, subdélégations et élections en France à la veille de la Révolution de 1789 : circonscriptions administratives à la fin de l'Ancien Régime. Paris : Éd. du CNRS, 1986. 98 p. [Arch. dép. vendée, BIB ATLAS 18]
District révolutionnaire
  • District de Fontenay-le-Comte(1790 - 1795)
    D'après : BARBAUD, G., LANCO, P., FAUCHEUX, M. Répertoire numérique de la série L, administrations et tribunaux de l'époque révolutionnaire : 1789-an VIII. La Roche-sur-Yon : Préfecture de la Vendée, 1966. P. 5-20
Arrondissement
Canton
  • Canton de Fontenay-le-Comte(1790 - 1801)
    D'après : BARBAUD, G., LANCO, P., FAUCHEUX, M. Répertoire numérique de la série L, administrations et tribunaux de l'époque révolutionnaire : 1789-an VIII. La Roche-sur-Yon : Préfecture de la Vendée, 1966. P. 5-20
  • Canton de Fontenay-le-Comte(1801 - 9999)

Ressorts divers

Bureau de l'Enregistrement
  • Bureau de Fontenay-le-Comte(1693)

    L'information est donnée à titre indicatif pour l'ancien régime la période révolutionnaire, certains bureaux ont pu fermer temporairement, obligeant les notaires à se tourner vers les bureaux voisins, voire à négliger la formalité de contrôle et d'enregistrement.

     

Institutions locales

Organisation civile municipale

Hôpitaux
  • Hôpital-hospice de Fontenay-le-Comte (1684 - 9999)
    D'après : Arch. dép. vendée, 1 X - Administration hospitalière (an II-1956)

Institutions religieuses

Communautés monastiques
  • Ordre de Saint-Lazare (hospitaliers de Saint-Lazare de Jérusalem) (1234 - 1795)

    Commanderie. Les dates extrêmes proposées sont tirées des recherches et analyses de documents effectuées par l'abbé Louis Delhommeau (Arch. dép. Vendée, Fichier historique du diocèse de Luçon)

  • Frères mineurs Capucins (1608 - 1798)

    Couvent d'hommes (Arch. dép. Vendée, Fichier historique du diocèse de Luçon, 1 Num 47/169). "C'est en 1608, sous le règne de Henri IV, que les capucins s'établirent pour la première fois à Fontenay. [...] Jean Tiraqueau, seigneur d'Aulnay [...] pourvut à [la] fondation [d'un couvent] par son testament. Après sa mort, arrivée en 1621, ses filles Jeanne et Jacquette, [...] ratifièrent la volonté paternelle et consentirent à la cession de l'enclos de Bélesbat, situé aux portes de Fontenay [rue Barnabé-Brisson], pour l'affecter à l'habitation des religieux"[1].

     

    Les cartes de Claude Masse témoignent bien, en 1720, de cette position extra urbaine du couvent. La légende de sa carte précise : "Les Capucins, qui ont une belle église"[2]. L'établissement d'un couvent de Capucins à Fontenay devait servir la prédication catholique contre les Protestants.

     

    Vendu comme bien national à la Révolution, le couvent sera divisé entre plusieurs propriétaires, qui en légueront certaines parties à l'institution Saint-Joseph en 1878, puis 1949. L'aile sud-ouest, bien que reprise, est la partie la mieux conservée de l'établissement des capucins ; le sous-sol, voûté en berceau, date du XVIIe siècle et l'escalier qui dessert l'étage semble dater du dernier quart du XVIIIe siècle[3].

     

    Ces bâtiments accueillent aujourd'hui le collège privée Saint-Joseph, tandis qu'une "rue des Capucins" figure sur le cadastre napoléonien, en lieu et place de l'actuelle rue Barnabé-Brisson, de même qu'une "rue derrière les ci-devant Capucins". Il subsiste à proximité une "rue de Bélesbat"[4].

  • Ordre de Saint-François (Franciscains ou Cordeliers) (1389 - 1795)

    Couvent d'hommes (Arch. dép. Vendée, Fichier historique du diocèse de Luçon, 1 Num 47/173). Les plus anciens documents conservés aux Archives Départementales de la Vendée concernant ce couvent remontent à l'année 1513 (Arch. dép. Vendée, H 229).

     

    Cependant R. Valette propose une datation plus ancienne, sans toutefois citer ses sources : " L'époque précise de la fondation de ce couvent n'est pas connue. Ce qui est positif, c'est que la première mention qui en est faite remonte à 1389 ; ce qui tend à prouver qu'il existait antérieurement. Bâti, croit-on, par les soins d'un évêque de Luçon, le couvent des Cordeliers s'élevait, dans le principe, au faubourg du Puy-Saint-Martin, et très probablement dans l'enclos désigné aujourd'hui sous le nom de Sanitat. Ce premier établissement ayant été détruit par les calvinistes, durant les guerres de religion, nos cordeliers fontenaisiens furent contraints d'aller chercher asile ailleurs. C'est alors (1614) qu'ils achetèrent un magnifique emplacement [...] Toutefois ce n'est qu'en 1650 que le corps du logis principal fut édifié. [...] Ces religieux cordeliers étaient affiliés à la maison des Robinières, en Vouvent [Vouvant, Arch. dép. Vendée, 1 Num 47/174]. [...] Au couvent des Cordeliers a succedé [...]  un établissement d'éducation pour les jeunes filles dirigé avec talent par les Ursulines de Chavagnes"[1].

     

    Les cordeliers de Fontenay fondèrent effectivement leur premier couvent dans le faubourg du Puits-Saint-Martin, vers 1320 selon la tradition. Suite à la ruine des bâtiments pendant les guerres de Religion, en 1562 puis en 1568, les religieux s'établissent au sud de l'actuelle rue Rabelais, sur un terrain qu'ils acquièrent en 1614. En 1618, ils vendent leur ancien couvent à des particuliers. L'édification des nouveaux bâtiments est déjà en cours à cette date. Il est fait mention dans un acte de cette même année du "couvent nouvellement construit". A la Révolution, après avoir servi à divers usages, le couvent est vendu comme bien national à deux particuliers. A partir de 1843, les Ursulines de Chavagnes acquièrent la propriété en plusieurs étapes et y installent leur école, précédemment au 3 rue Pont-aux-Chèvres[3].

     

    Les bâtiments de l'ancien couvent, classés aux Monuments Historiques, sont actuellement occupés par le Lycée privé Notre-Dame. Il subsiste essentiellement le sous-sol, sous une partie du bâtiment principal, et une aile du cloître. La carte de Claude Massé indiquait, en 1720, la position du couvent dans le faubourg du Puy Saint-Martin. La légende de la carte précisait : "Les Cordeliers qui ont un beau jardin"[2]. Actuellement une "rue des Capucins" longe l'ancien couvent des Cordeliers, tandis qu'une "rue des Cordeliers" subsiste derrière le jardin botanique de l'Hôtel de Ville[4].

  • Frères prêcheurs (Dominicains ou jacobins) (1220 - 1799)

    Couvent des Jacobins (Arch. dép. Vendée, Fichier historique du diocèse de Luçon, 1 Num 47/177 et H 235-240). Couvent fondé vers 1220/1230 par Savary de Mauléon, au centre d'un vaste enclos nommé "Bel-Air". Détruit par un incendie en 1370, reconstruit, puis de nouveau pillé et incendié pendant les Guerres de Religion, le couvent fut vendu comme bien national en 1791[1].

     

    En 1720, dans la légende de son plan de la ville de Fontenay-le-Comte, Claude Masse indiquait : "Les Jacobins qui ont un fort grand enclos", localisant le couvent construit en retrait de la "rue des Loges"[2].

     

    De nos jours subsistent de maigres restes de la chapelle et des bâtiments conventuels, intégrés aux habitations, ainsi qu'une partie de l'enclos originel, transformé en parc, dit "Clos des Jacobins"  à l'angle de la "rue des Jacobins" et de la "rue de la République"[4].

  • Ordre de Saint-François (Franciscains ou Cordeliers) (1460 - 1794)

    Couvent de femmes (Arch. dép. Vendée, Fichier historique du diocèse de Luçon, 1 Num 47/184). Les tertiaires régulières franciscaines (Tiers-Ordre franciscain), appelées "Tiercelettes" ou "Dames de la Grand'Maison", fondèrent leur premier couvent dans le faubourg du Puits-Saint-Martin en 1460, à proximité de celui des Cordeliers, après une tentative infructueuse en 1326. Vers 1630, suite à la dégradation des bâtiments pendant les guerres de Religion, les soeurs s'installent au nord de l'actuelle rue Rabelais, près du nouveau couvent des Cordeliers[1].

     

    Plusieurs documents authentiques, notamment l'inventaire des biens de la communauté, dressé en 1790 (1 Num 47/184, vue 33), permettent de reconstituer l'histoire des deux monastères successifs. L'emplacement du premier couvent, décrit avec précision dans les textes et dit "à la Santé", peut être identifié avec ce qui deviendra, après le départ des religieuses, l'hôpital de la Santé ou "Sanitat". La construction du second monastère, rue Rabelais, par la supérieure Anne Duclos, est datable du deuxième quart du XVIIe siècle. L'acquisition des terrains a lieu en 1624 et 1625. L'évêque de Maillezais autorise l'édification du couvent en 1625, celle de l'église en 1629. Cette dernière, placée sous le vocable de Sainte-Anne et de la Bienheureuse Vierge Marie, est consacrée le 26 mars 1635 par l'évêque de Maillezais, comme le prouve l'acte original conservé dans les archives de l'hôpital[3].

     

    A la Révolution, le couvent n'est pas vendu comme bien national et, en 1798, la décision est prise d'y transférer les hôpitaux de la ville, précédemment dans le faubourg des Loges. Ils occuperont cet emplacement jusqu'à récemment. Le plan de la ville de Fontenay, dressé par Claude Massé en 1720, indiquait la position du couvent dans le faubourg du Puits Saint-Martin ("Les Saint-François, religieuses")[2][4].

Communautés apostoliques
  • Congrégation de la Mission (Lazaristes) (1676 - 1801)

    Couvent d'hommes (Arch. dép. Vendée, Fichier historique du diocèse de Luçon, 1 Num 47/179).

     

    "C'est en 1676, aux dire des Archives de St-Lazare et le 26e jour d'août, que Mgr Henri de Laval, évêque de la Rochelle, établit les "Prêtres de la Congrégation de la Mission" à Fontenay-le-Comte, "pour faire des missions à perpétuité dans son diocèse pendant huit mois de l'année". C'est du moins à cette date que ce prélat obtint de l'abbé Edme Joly, supérieur de l'Ordre, la permission de fonder une maison en notre ville.[...] Ce n'est qu'au commencement d'octobre 1699 que trois religieux et deux frères vinrent s'établir dans une maison louée par eux, située rue Ste-Catherine [aujourd'hui rue Benjamin Fillon], appelée La Croix Blanche, et où s'étaient autrefois installés les premiers Capucins venus à Fontenay. Ils y séjournèrent du reste fort peu de temps. En effet, la maison [château] de Terre-Neuve, ancienne demeure de Nicolas Rapin, ayant été mise en vente, la congrégation en fit l'acquisition, le 23 février 1701 [...]. L'année suivante, à la fête de la Saint-Jean, eut lieu l'installation des nouveaux missionnaires fontenaisiens"[1].

     

    Au moment de la Révolution, les quatre missionnaires restants refusèrent de prêter serment. Ils furent exilés en Espagne en 1792, leurs biens vendus et la bibliothèque dispersée par vente aux enchères[4].

  • Compagnie de Marie Notre-Dame (Filles de Notre-Dame) (1618 - 1795)

    Couvent de femmes. Les dates extrêmes proposées sont tirées des recherches et analyses de documents effectuées par l'abbé Louis Delhommeau (Arch. dép. Vendée, Fichier historique du diocèse de Luçon, 1 Num 47/183)

     

    "Les filles de Notre-Dame, dont l'établissement à Fontenay avait été approuvé par Louis XIII dès 1633 [1 Num 47/183, vue 3], n'y furent installées, grâce aux soins de l'évêque de Maillezais, Henri de Béthune, qu'en 1639. Leur première supérieure fut Marie Charlet. C'est elle, en effet, qui à la date du 13 novembre 1639, acheta en cette qualité de Christophe Thévenin, chevalier seigneur de Sallidieu, et de Suzanne Chasteau, sa femme, l'hôtel des Essors qui servit de demeure initiale à la communauté et sur l'emplacement duquel un couvent fut ulterieurement élévé"[1].

     

    L'institution se consacrait à l'éducation des jeunes-filles de la bonne société. Après l'expulsion des religieuses en 1792, le couvent servit de prison aux prêtres réfractaires âgés et d'hôpital pour les vétérans, puis, après la période révolutionnaire, de collège.

     

    Le plan de la ville de Fontenay dressé Claude Masse en 1720 indiquait la position du couvent dans le faubourg du Puy Saint-Martin ("Les Notre-Dame, religieuses"). Le collège Viète a été construit au cours du quatrième quart du XIXe siècle à l'emplacement du couvent des Soeurs de Jeanne de Lestonnac (appelées "Notre-Dame" ou "jésuitesses"), dont seule la chapelle a été conservée[3][4].

  • Sœurs de l'Union chrétienne (1680 - 1796)

    Couvent de femmes. Les dates extrêmes proposées sont tirées des recherches et analyses de documents effectuées par l'abbé Louis Delhommeau (Arch. dép. Vendée, Fichier historique du diocèse de Luçon, 1 Num 47/186 et H 251).

     

    Le couvent des filles de l'Union chrétienne de Fontenay a été fondé en 1680. Les lettres patentes ont été signées par le roi le 31 décembre 1680 et les religieuses se sont installées en septembre 1681 dans une demeure offerte par leur bienfaitrice, Marie Brisson. En 1703 la communauté est rattachée à l'Institut de l'Union Chrétienne de Saint-Chaumont de Paris[1].

     

    Sur le plan de la ville, dressé par Claude Masse en 1720, la légende du couvent, installé près de la Place d'armes (actuelle place Viète), précise : "Les Propagantes, nouvellement établies"[2].

     

    Devenu propriété nationale en 1791, le couvent servit de préfecture, puis de sous préfecture, et ce jusqu'en 1809, date à laquelle les religieuses purent reprendre possession de leur ancien couvent. Actuellement, seule une partie de l'ancien enclos est occupée par le couvent ; le reste, après avoir été aménagé en clinique, a été converti en maison de retraite[4].

Activités religieuses

Missions
  • Compagnie de Marie (Montfortains)(1715)

    Mission de Louis-Marie Grignion de Montfort à Saint-Jean de Fontenay-le-Comte durant le mois de septembre 1715 au moment de la mort du Roi Louis XIV. [5]

    Pour en savoir plus :

    Fondée, au début du XVIIIe siècle, par saint Louis-Marie Grignion de Montfort. Maison mère : Saint-Laurent-sur-Sèvre.

  • Compagnie de Marie (Montfortains)(1747)
    Du 26 novembre 1747 au 1er janvier 1748, d'après : HACQUET, Pierre-Fr. ; PEROUAS, Louis éd. Mémoire des missions des montfortains dans l'Ouest (1740-1779) : contribution à la sociologie religieuse historique. Fontenay-le-Comte : Impr. P. et O. Lussaud frères, 1964. XXIII-175 p. [Arch. dép. vendée, BIB 2909]
    Pour en savoir plus :

    Fondée, au début du XVIIIe siècle, par saint Louis-Marie Grignion de Montfort. Maison mère : Saint-Laurent-sur-Sèvre.

  • Compagnie de Marie (Montfortains)(1759)
    Du 4 mars au 17 avril 1759, d'après : HACQUET, Pierre-Fr. ; PEROUAS, Louis éd. Mémoire des missions des montfortains dans l'Ouest (1740-1779) : contribution à la sociologie religieuse historique. Fontenay-le-Comte : Impr. P. et O. Lussaud frères, 1964. XXIII-175 p. [Arch. dép. vendée, BIB 2909]
    Pour en savoir plus :

    Fondée, au début du XVIIIe siècle, par saint Louis-Marie Grignion de Montfort. Maison mère : Saint-Laurent-sur-Sèvre.

[1]
Petites pages d'histoire vendéenne : les établissements religieux de Fontenay-le-Comte / René Vallette, Revue historique de l'Ouest, 1886, p. 5-24  
[2]
La côte et les marais du Bas-Poitou vers 1700. Cartes et mémoires de Claude Massé, ingénieur du roi / Y. Suire, 2011, p. 300. La rue "de la République" (ou "route de Limoges"), parallèle à la "rue des Loges", ne sera tracée qu'à la fin du XVIIIe siècle.  
[3]
Inventaire général du patrimoine culturel - Base MÉRIMÉE - Bâtiments classés monuments historiques  
[4]
Notice complétée par Aurélien Caillaud, le 20/04/2012  
[5]
Signalé par Jean-Michel Bariteau le 15/03/2012, d'après registres paroissiaux de Doix, BMS 1713-1729 (vue 16/132)  

Monuments et équipements

Monuments et équipements

Dessertes ferroviaires
  • Breuil-Barret - Fontenay-le-Comte (voie normale)(1890 - 1940)
  • Fontenay-le-Comte - Niort (voie normale)(1881 - 1969)
  • Velluire - Fontenay-le-Comte (voie normale)(1881 - 1969)

Activités industrielles et économiques

Enquêtes statistiques et démographiques

Enquêtes et statistiques particulières

Enquêtes politiques
  • 1941

    Date exacte : 10 mai 1941. Source : Arch. dép. Vendée, 1 W 50 : Rapports sur les visites communales du préfet (1941-1943)

    Visites communales du préfet (1941-1943)
  • 1948

    Renseignements recueillis en mai 1948. Source : Arch. dép. Vendée, 21 W 925-926 : Dossiers communaux des Renseignements généraux (1948-1952)

    Dossiers communaux constitués par le service des Renseignements généraux (1948-1952)
Enquêtes religieuses
  • 1601

    Date exacte : 17 septembre 1601 . Source : Arch. dép. Vendée, 4 G 1 : Visites effectuées par l’abbé Collart, grand vicaire de Maillezais (1601)

    Visite pastorale
  • 1667

    Date exacte : 28 août 1667 . Source : Arch. dép. Vendée, 1 J 2395 : Table des visites du diocèse de La Rochelle aux XVIIe et XVIIIe s (1964). Répertoire des visites pastorales de la France : 1ère série : anciens diocèses (jusqu'en 1790). IV, La Rochelle-Ypres, Bâle. Paris : CNRS, 1985. 676 p. [Arch. dép. Vendée, BIB B 124]

    Visite pastorale
  • 1679

    Date exacte : 17 août 1679 . Source : Arch. dép. Vendée, 1 J 2395 : Table des visites du diocèse de La Rochelle aux XVIIe et XVIIIe s (1964). Répertoire des visites pastorales de la France : 1ère série : anciens diocèses (jusqu'en 1790). IV, La Rochelle-Ypres, Bâle. Paris : CNRS, 1985. 676 p. [Arch. dép. Vendée, BIB B 124]

    Visite pastorale
  • 1690

    Date exacte : 19 juin 1690 . Source : Arch. dép. Vendée, 1 J 2395 : Table des visites du diocèse de La Rochelle aux XVIIe et XVIIIe s (1964). Répertoire des visites pastorales de la France : 1ère série : anciens diocèses (jusqu'en 1790). IV, La Rochelle-Ypres, Bâle. Paris : CNRS, 1985. 676 p. [Arch. dép. Vendée, BIB B 124]

    Visite pastorale
  • 1696

    Date exacte : 18 novembre 1696 (Notre-Dame), 19 novembre 1696 (Saint-Jean et Nicolas). Source : Arch. dép. Vendée, 1 J 2395 : Table des visites du diocèse de La Rochelle aux XVIIe et XVIIIe s (1964). Répertoire des visites pastorales de la France : 1ère série : anciens diocèses (jusqu'en 1790). IV, La Rochelle-Ypres, Bâle. Paris : CNRS, 1985. 676 p. [Arch. dép. Vendée, BIB B 124]

    Visite pastorale
  • 1713

    Date exacte : 10 septembre 1713 (Notre-Dame), 11 septembre 1713 (Saint-Jean et Nicolas). Source : Arch. dép. Vendée, 1 J 2395 : Table des visites du diocèse de La Rochelle aux XVIIe et XVIIIe s (1964). Répertoire des visites pastorales de la France : 1ère série : anciens diocèses (jusqu'en 1790). IV, La Rochelle-Ypres, Bâle. Paris : CNRS, 1985. 676 p. [Arch. dép. Vendée, BIB B 124]

    Visite pastorale
  • 1727

    Date exacte : 18 septembre 1727 (Saint-Jean et Nicolas), 20 septembre 1727 (Notre-Dame). Source : Arch. dép. Vendée, 1 J 2395 : Table des visites du diocèse de La Rochelle aux XVIIe et XVIIIe s (1964). Répertoire des visites pastorales de la France : 1ère série : anciens diocèses (jusqu'en 1790). IV, La Rochelle-Ypres, Bâle. Paris : CNRS, 1985. 676 p. [Arch. dép. Vendée, BIB B 124]

    Visite pastorale
  • 1728

    Date exacte : 19 octobre 1728. Source : Arch. dép. Vendée, 1 J 2395 : Table des visites du diocèse de La Rochelle aux XVIIe et XVIIIe s (1964). Répertoire des visites pastorales de la France : 1ère série : anciens diocèses (jusqu'en 1790). IV, La Rochelle-Ypres, Bâle. Paris : CNRS, 1985. 676 p. [Arch. dép. Vendée, BIB B 124]

    Visite pastorale

Personnalités de la commune

Evénements politiques & historiques majeurs

Références


Nous écrire