Archives départementales de la Vendée avec le concours de la Société d'émulation de la Vendée Dictionnaire historique des communes

Espace contributeur

Identifiez vous - Pour en savoir plus

Commune de Beauvoir-sur-Mer

imprimer la notice complète

Données identitaires

Noms

Nom des habitants
Belverins
Anciens noms
  • Beauvoir (nom historique)
Beauvoir devient Beauvoir-sur-Mer en 1956

Géographie

Communes absorbées
  • Crosnière, La (1800 - 1800)
    Commune supprimée par réunion à celle de Beauvoir-sur-Mer le 1er vendémiaire an IX
Paysages
  • Marais breton
    La commune est composée d'environnements différents : le marais et le littoral
Cours d'eau
  • Etier de Sallertaine
    Pour en savoir plus :

    Le Grand étier de Sallertaine est navigable jusqu’au lieu-dit du Grand-Pont situé dans la commune de Beauvoir-sur-Mer.

Cours d’eau secondaires :

Histoire

Première mention historique

677

Monastère (Arch. Dép. du Maine-et-Loire, H Cunault 25), d'après : DELHOMMEAU, Louis. Églises de Vendée : vocables, titulaires et liste des documents relatifs à leur construction et à leurs travaux du XIe siècle à nos jours. 2000-2001. 2 vol. (224-232 p.) [Arch. dép. Vendée, BIB MEM 615/1-2]

Géographie historique

Culte

Diocèse
  • Diocèse de Poitiers(677 - 1317)
    D'après : AILLERY, E. Pouillé de l'évêché de Luçon. Fontenay-le-Comte : Impr. Robuchon, 1860. XXXVI-211 p. [Arch. dép. Vendée, BIB 1569]
  • Diocèse de Luçon(1317 - 1801)
    D'après : AILLERY, E. Pouillé de l'évêché de Luçon. Fontenay-le-Comte : Impr. Robuchon, 1860. XXXVI-211 p. [Arch. dép. Vendée, BIB 1569]
  • Diocèse de La Rochelle et Saintes(1801 - 1821)
    D'après : AILLERY, E. Pouillé de l'évêché de Luçon. Fontenay-le-Comte : Impr. Robuchon, 1860. XXXVI-211 p. [Arch. dép. Vendée, BIB 1569]
  • Diocèse de Luçon(1821 - 9999)
    D'après : AILLERY, E. Pouillé de l'évêché de Luçon. Fontenay-le-Comte : Impr. Robuchon, 1860. XXXVI-211 p. [Arch. dép. Vendée, BIB 1569]
Archiprêtré ou doyenné
  • Doyenné d'Aizenay(1201 - 1801)
    D'après : AILLERY, E. Pouillé de l'évêché de Luçon. Fontenay-le-Comte : Impr. Robuchon, 1860. XXXVI-211 p. [Arch. dép. Vendée, BIB 1569]

    doyenné

Paroisses
  • Saint-Philbert (ou Philibert)(677)
    D'après : DELHOMMEAU, Louis. Églises de Vendée : vocables, titulaires et liste des documents relatifs à leur construction et à leurs travaux du XIe siècle à nos jours. 2000-2001. 2 vol. (224-232 p.) [Arch. dép. Vendée, BIB MEM 615/1-2]
    Pour en savoir plus :

    Abbé fondateur des monastères de Jumièges et de Noirmoutier

  • Saint-Nicolas(1119)
    Eglise démolie fin XVIe siècle. D'après : DELHOMMEAU, Louis. Églises de Vendée : vocables, titulaires et liste des documents relatifs à leur construction et à leurs travaux du XIe siècle à nos jours. 2000-2001. 2 vol. (224-232 p.) [Arch. dép. Vendée, BIB MEM 615/1-2]
    Pour en savoir plus :

    Evêque de Myre (IVe siècle)

Ressorts féodaux et judiciaires

Bailliage
  • Sénéchaussée de Poitiers(1436 - 1789)
    D'après : BARBAUD, Gabriel. Inventaire sommaire des Archives départementales antérieures à 1790 : Vendée : archives civiles, séries A, B, C. La Roche-sur-Yon : Servant-Mahaud, 1898. P. XXIV-XXVII

Ressorts militaires

Gouvernement
  • Gouvernement du Poitou(1560 - 1791)
    D'après : Gouvernement général et militaire du Poitou dressé sur les dernières observations [carte]. Paris : Longchamps, 1767 [Arch. dép. Vendée, 6 Fi 14]
Garde-côtes
  • Capitainerie de La Barre-de-Monts(1721 - 1748)
    D'après : BOSSIS, Philippe. Milice et miliciens garde-côtes du Poitou au temps de la Guerre de Sept ans (1756-1763). In : Olona. (15 mars 2004) n°187, p. 2-20
  • Capitainerie de Beauvoir(1758 - 1790)
    D'après : BOSSIS, Philippe. Milice et miliciens garde-côtes du Poitou au temps de la Guerre de Sept ans (1756-1763). In : Olona. (15 mars 2004) n°187, p. 2-20
Bureau de recrutement militaire
  • Bureau de La Roche-sur-Yon(1867 - 1929)
    D'après : Arch. dép. Vendée, 1 R - Recrutement de l'armée (an IX-1942)

Ressorts administratifs et fiscaux

Intendance et subdélégation
  • Généralité de Poitiers. Subdélégation de Palluau(1780 - 1786)
    D'après : BARBAUD, Gabriel. Inventaire sommaire des Archives départementales antérieures à 1790 : Vendée : archives civiles, séries A, B, C. La Roche-sur-Yon : Servant-Mahaud, 1898. P. XXVIII-XXXI ; dates à préciser données d'après ARBELLOT, Guy, GOUBERT, Jean-Pierre, MALLET, Jacques, PALAZOT, Yvette. Carte des généralités, subdélégations et élections en France à la veille de la Révolution de 1789 : circonscriptions administratives à la fin de l'Ancien Régime. Paris : Éd. du CNRS, 1986. 98 p. [Arch. dép. vendée, BIB ATLAS 18]
Election
  • Election des Sables-d'Olonne(1780 - 1786)
    D'après : BARBAUD, Gabriel. Inventaire sommaire des Archives départementales antérieures à 1790 : Vendée : archives civiles, séries A, B, C. La Roche-sur-Yon : Servant-Mahaud, 1898. P. XXVIII-XXXI ; dates à préciser données d'après ARBELLOT, Guy, GOUBERT, Jean-Pierre, MALLET, Jacques, PALAZOT, Yvette. Carte des généralités, subdélégations et élections en France à la veille de la Révolution de 1789 : circonscriptions administratives à la fin de l'Ancien Régime. Paris : Éd. du CNRS, 1986. 98 p. [Arch. dép. vendée, BIB ATLAS 18]
District révolutionnaire
  • District de Challans(1790 - 1795)
    D'après : BARBAUD, G., LANCO, P., FAUCHEUX, M. Répertoire numérique de la série L, administrations et tribunaux de l'époque révolutionnaire : 1789-an VIII. La Roche-sur-Yon : Préfecture de la Vendée, 1966. P. 5-20
Arrondissement
Canton
  • Canton de Beauvoir-sur-Mer(1790 - 1801)
    D'après : BARBAUD, G., LANCO, P., FAUCHEUX, M. Répertoire numérique de la série L, administrations et tribunaux de l'époque révolutionnaire : 1789-an VIII. La Roche-sur-Yon : Préfecture de la Vendée, 1966. P. 5-20
  • Canton de Beauvoir-sur-Mer(1801 - 2014)
  • Canton de Saint-Jean-de-Monts(2015 - 9999)

Ressorts divers

Bureau de l'Enregistrement
  • Bureau de Beauvoir-sur-Mer(1693 - 1791)

    L'information est donnée à titre indicatif pour l'ancien régime et la période révolutionnaire, certains bureaux ont pu fermer temporairement, obligeant les notaires à se tourner vers les bureaux voisins, voire à négliger la formalité de contrôle et d'enregistrement.

  • Bureau de Challans(1791 - 1796)

    Rattachement de 1791 au 19 brumaire an V (9 novembre 1796)

  • Bureau de Beauvoir-sur-Mer(1796 - 1808)

    Rattachement du 20 brumaire an V (10 novembre 1796) au 18 septembre 1808

  • Bureau de Challans(1808)

Institutions locales

Organisation civile municipale

Hôpitaux
  • Hôpital-hospice de Beauvoir-sur-Mer (1923)
    Sans date de fermeture. D'après : Arch. dép. vendée, 1 X - Administration hospitalière (an II-1956)

Institutions religieuses

Communautés monastiques
  • Frères prêcheurs (Dominicains ou jacobins) (1343 - 1791)

    Couvent d'hommes. Les dates extrêmes proposées sont tirées des recherches et analyses de documents effectuées par l'abbé Louis Delhommeau (Arch. dép. Vendée, Fichier historique du diocèse de Luçon, 1 Num 47/174)

     

    Le couvent des Jacobins aurait été, selon J. Rousseau, fondé à Beauvoir vers 1260[1], bien que la première mention écrite dont nous disposons soit de 1343 (Arch. Dep. Vendée, H 234). Certains auteurs du siècle dernier faisaient remonter sa fondation à l'année 1205, date à laquelle un couvent des "Cent-Frères" apparaitrait parmi les communautés dotées à cette époque par le seigneur Pierre IV de la Garnache [2]. Cette dernière date apparait toutefois invraissemblable, puisque l'Ordre des frères prêcheurs n'est fondé par Saint Dominique qu'en 1215.

     

    Dans le Pouillé de l'évêché de Luçon la seule mention dont nous disposons date de 1665, parmi les "Collations de Mgr de Colbert", qui citent une "Capellania Sancta Annae, vulgo des Rochers, altare sanctae Annae, in ecclesia fratrum predicatorum" (1 Num 47/174, vue 2 : 1666)[3].

     

    L'acte de vente du 19 avril 1791 décrivait le couvent ainsi : "...la maison des cy devant Jacobins de Beauvoir composée de plusieurs chambres tant hautes que basses, ménageries de toute espèce, un jardin clos de murs très vastes, un réservoir à poisson, un bois de futaye devant la maison, un verger planté d'arbres fruitiers et un petit morceau de terre contenant un quart en face de la porte..."

     

    Le couvent servit de prison aux républicains au début de l'insurrection vendéenne, avant d'être complètement dévasté en 1794 par les colonnes infernales. Seule l'église (remontant au XIVe siècle) subsiste alors, jusqu'à sa démolition par son propriétaire en 1828. On n'en trouve plus que des vestiges dans la grange actuelle, partie d'une exploitation agricole[4].

     

    Ce monastère était presque contigu, d'un côté à celui des Mathurins et, de l'autre, à Saint-Pierre. Il a laissé son nom à une ferme, bâtie sur son emplacement, où l'on voit encore quelques pans des constructions primitives[5]. Le cimetière du couvent s'étendait au nord-ouest et à l'ouest de l'église dans la partie de l'enclos comprise entre la route de Fromentine et la petite rue allant aux Anglais. Plusieurs tombes, ainsi que les soubassements de l'églises furent trouvées lors de fouilles conduites par l'abbé G. Grelier en 1900-1901[2].

     

    La Carte de Beauvoir, dressée par Claude Masse en 1704, indique l'emplacement du couvent des Jacobins. Un lieu-dit "les Jacobins" apparait sur le cadastre napoléonien de 1831 et les Cartes d'Etat-Major, tandis qu'une "rue des Jacobins" subsiste encore de nos jours dans cette zone[6].

  • Sainte-Catherine
    Ordre de la Très-Sainte-Trinité pour la Rédemption des Captifs (Trinitaires) (1258 - 1791)

    Couvent d'hommes des Trinitaires ou Mathurins. Les dates extrêmes proposées sont tirées des recherches et analyses de documents effectuées par l'abbé Louis Delhommeau (Arch. dép. Vendée, Fichier historique du diocèse de Luçon, 1 Num 47/182 et H 243)

     

    Le "Pouillé de Dom Fonteneau" est le seul à citer explicitement le "Prieuré conventuel ou ministrie de Sainte-Catherine ou des Mathurins, possédée par les religieux Mathurins"[3]. Les sources utilisent en effet plus volontiers le terme de ministrie pour désigner les prieurés de cet organisme.

     

    L'ordre de la Très Sainte Trinité étant fondé en 1199 (pour le rachat des captifs chrétiens en terre musulmane), certains auteurs pensent pouvoir faire remonter la création de la ministrie de Beauvoir à l'année 1205. E. Gallet avance que "le couvent des Trinitaires de Beauvoir est mentionné parmi les communautés dotées par Pierre de la Garnache" cette année là[5]. J. Rousseau estime en revanche qu'il faut attendre 1258 pour être assuré de son existence[1].

     

    "C'était alors une vaste construction, composée de trois corps de bâtiments qui, disposés en retour d'équerre, formaient les trois côtés d'une cour, dont le quatrième, donnant sur la rue était occupé par un mur, au milieu duquel s'ouvrait un portail cintré orné de belles sculptures, démoli au XIXe siècle. Il ne subsiste aujourd'hui plus que l'aile gauche de cet ensemble. L'église s'élevait en bordure de rue, à l'Est ; Il n'en reste plus que des pans de murs [...] qui conservent, sous le crépis moderne, des traces d'ouvertures (porte cintrée et baies) ; c'était un édifice orienté, rectangulaire, de 27 m 50 de longueur et de 9m 30 de largeur, non vouté, qui datait vraisemblablement du XIVe, peut-être de la fin du XIIIe. Des travaux d'aménagment ont mis à jour, au niveau du choeur, un caveau voûté de destination indéterminée, probablement funéraire, comblé de déblais"[4].

     

    La dédicace à Sainte-Catherine (d'Alexandrie) doit pouvoir s'expliquer par la vocation portuaire du site d'implantation, ainsi que par les relations privilégiées de l'ordre avec l'"Orient", le culte de cette sainte se diffusant en Occident au retour des Croisades.

     

    La Carte de Beauvoir, dressée par Claude Masse en 1704, indique l'emplacement du couvent des Mathurins[7]. Le cadastre napoléonien confirme la morphologie des bâtiments décrits plus haut. Un hospice de vieillards, tenu par les Ursulines de Chavagnes, fut installé dans l'ancien couvent en 1923[6].

  • Saint-Pierre-des-Champs
    Ordre de Saint-Benoît (bénédictins) (1200 - 1739)

    Prieuré d'hommes (Arch. dép. Vendée, Fichier historique du diocèse de Luçon, 1 Num 47/87). Le prieuré Saint-Pierre est déjà mentionné au début XIVe siècle dans le Grand Gauthier (Prioratus sancti Petri de Bello Visu)[3]. Toutefois, sa plus ancienne mention est faite dans la Vita Gildae à propos de la mort de saint Goustan survenue un 26/27 novembre vers 1040 , "in domo monachorum S. Petri Malliacensium" dont la localisation est précisée : "apud Bellumvidere castrum". Mais il doit s'agir d'une manipulation de l'auteur car le prieuré Saint-Pierre, absent de l'Ordonnance d'Isembert de Poitiers (vers 1040), ne devait pas encore exister à l'époque. Dans les pouillés, on trouve le toponyme "des Champs" accolé au vocable du prieuré seulement dans le pouillé extrait de Dom Fontenau (XVIIIe siècle).

     

    Le prieuré devait s'élever à l'extrémité Sud de la ville, dans un quartier entre les Jacobins et le Pontreau auquel il a donné son nom. Ch. -E. Gallet : "Ce monastère s'élevait presque en face de celui des Jacobins (...) à l'endroit où on voit une maison qui porte encore le nom de Saint-Pierre, située à droite et à quelques mètres de la route de la Barre-de-Monts. Ce nom s'étend à tout le quartier adjacent. Il ne reste aucun vestige du prieuré"[5].

     

    J. Rousseau confirme qu'à cette date une "modeste maison a conservé à la sortie de la ville, sur la route de Fromentine, ce nom de Saint-Pierre[1]." Le prieuré semble avoir été détruit par les Protestants au XVIe siècle, mais il subsistera dans les pouillés à l'état de bénéfice rattaché au prieuré Saint-Martin de Sallertaine jusqu'à la Révolution. "La chapelle sera démolie après 1794 (dernière mention écrite)"[4].

     

    L'affiliation de ce prieuré est controversée : il semble avoir été fondé vers le milieu du XIIe siècle, grâce à la munificence des seigneurs de la Garnache, par l'abbaye Saint-Pierre de Maillezais[8], avant de passer à une date imprécisée dans la mouvance de l'abbaye de Marmoutier (Indre-et-Loire) comme cela apparait dans le pouillé de Dom Fonteneau (XVIIIe siècle). J. Rousseau[1] situe la date de fondation du prieuré entre 1159 et 1200.  J. Rousseau[1] :" Il y a tout lieu de croire qu'en 1305, Saint-Pierre-des-Champs n'était pas encore passé dans la mouvance de Marmoutier, mais dépendait toujours de Maillezais" ; "Il est certain qu'au XVIIe siècle Saint-Pierre appartenait à Marmoutier." En tout cas Saint-Pierre-des-champs ne fait pas partie de la liste des prieurés de l'abbaye de Marmoutier avant le XIVe siècle[9]. Un pouillé de Tours remontant à l'année 1556, ne mentionne pas le prieuré de Saint-Pierre-des-Champs parmi les neufs prieurés historiques de Marmoutier en Bas-Poitou, ni même le fait qu'il aurait déjà pu dépendre de l'antique prieuré de Saint-Martin de Sallertaine (ce qui est le cas pour les cures dépendant desdits prieurés)[10].

     

    On peut émettre l'hypothèse que le prieuré passe dans les possessions de l'abbaye de Marmoutier à l'occasion du processus de sécularisation de l'abbaye culminant avec de la bulle d'Alexandre VII du 16 novembre 1666. Il est cependant précisé que les propriétés de l'abbaye de Maillezais devaient normalement être directement transférées au nouvel évêché de La Rochelle. Concernant le changement d’affiliation du prieuré, on possède donc une fourchette chronologique allant du Pouillé de Tours (1556) – voire du Pouillé d’Alliot (1648), si on le considère pertinent dans ce cas – jusqu’à la prise de possession par l’abbaye de Marmoutier, dont témoigne le Pouillé extrait de Dom Fonteneau, assignable à un vague XVIIIe siècle.

[1]
Beauvoir-sur-mer, ses ports, son château-fort, ses monastères / J. Rousseau, 1962, p. 380 ; p. 385-390 ; p. 380-385  
[2]
L’ancien couvent des Jacobins de Beauvoir / Abbé G. Grelier, Revue du Bas-Poitou, 1901, 5e livraison, p. 502-503  
[3]
(Ouvrage : Pouillé de l'évêché de Luçon, AILLERY, E.)  
[4]
Dictionnaire géographique et topographique du département de la Vendée. Canton de Beauvoir-sur-mer / J. Rousseau, p. 89-90 ; p. 67-68  
[5]
 
[6]
Notice complétée par Aurélien Caillaud, le 23/04/2012  
[7]
La côte et les marais du Bas-Poitou vers 1700. Cartes et mémoires de Claude Masse, ingénieur du roi / Y. Suire, 2011, p. 68  
[8]
Charte de Pierre de la Garnache à l'abbaye Saint-Pierre de Maillezais : J. Rousseau, 1962 p. 377; Pouillé d''Alliot, 1648, mais selon J. Rousseau il "fourmille d'erreurs"  
[9]
Recherches sur les possessions et les prieurés de l'Abbaye de Marmoutier du Xe au XIIIe siècle" / O. Gantier, dans Revue Mabillon, 1963-1965  
[10]
Cartulaires du Bas-Poitou / P. Marchegay, 1877, p. XXVII  

Monuments et équipements

Monuments et équipements

Dessertes ferroviaires
  • Bourgneuf-en-Retz - Les Sables-d'Olonne (voie métrique)(1922 - 1948)
    Pour en savoir plus :

    La ligne va ouvrir progressivement : d'abord jusqu'à Beauvoir-sur-Mer en 1922, puis jusqu'à Saint-Gilles-Croix-de-Vie en 1923 et jusqu'aux Sables-d'Olonne en 1925.

  • Challans - Fromentine (voie métrique)(1896 - 1949)

Activités industrielles et économiques

Enquêtes statistiques et démographiques

Enquêtes et statistiques particulières

Enquêtes politiques
  • 1787

    Source : Arch. dép. Vendée, C 49 : Bureau intermédiaire des Sables-d’Olonne. Tableau des paroisses et des arrondissements, 1787

    Enquête des bureaux intermédiaires (1787-1788)
  • 1941

    Date approximative : Juin 1941. Source : Arch. dép. Vendée, 1 W 50 : Rapports sur les visites communales du préfet (1941-1943)

    Visites communales du préfet (1941-1943)
  • 1942

    Date exacte : 23 août 1942. Source : Arch. dép. Vendée, 1 W 50 : Rapports sur les visites communales du préfet (1941-1943)

    Visites communales du préfet (1941-1943)
  • 1943

    Date exacte : 17 août 1943. Source : Arch. dép. Vendée, 1 W 50 : Rapports sur les visites communales du préfet (1941-1943)

    Visites communales du préfet (1941-1943)
  • 1949

    Renseignements recueillis en janvier 1949. Source : Arch. dép. Vendée, 21 W 925-926 : Dossiers communaux des Renseignements généraux (1948-1952)

    Dossiers communaux constitués par le service des Renseignements généraux (1948-1952)
Enquêtes religieuses
  • 1533

    Dates exactes : du 4 au 21 mars 1533. Source : Arch. dép. Vendée, 1 G 38 : Visites épiscopales des abbayes et prieurés, églises paroissiales et collégiales (1533-1534)

    Visite pastorale

Personnalités de la commune

Evénements politiques & historiques majeurs

Références


Nous écrire